De CGTN – Certains médias ont haussé le ton et ont déclaré que les mesures de contrôle du COVID-19 prises par la Chine ont nui à l’économie du pays.

Au cours des trois années de lutte contre l’épidémie, le taux de croissance économique de la Chine a ralenti comparé à lui-même. Cependant, le pays reste en tête des autres grandes économies.

D’après les estimations des économistes, le taux de croissance s’élève à 3,3 % cette année, mais l’économie chinoise atteindra un taux de croissance annuel moyen de 4,5% entre 2020 et 2022, dépassant ainsi toutes les grandes économies du monde sur la même période.

En 2020, le confinement précoce du COVID-19 par la Chine l’a aidée à restaurer ses capacités de production, ce qui en fait la seule grande économie à connaître une croissance positive. Malgré les mesures strictes de contrôle du COVID qui ont pesé sur la consommation et les services dans certaines villes au cours des deux années suivantes, la production industrielle et les exportations du pays restent solides.

«La dépendance mondiale à l’égard de la production chinoise a augmenté. Les investissements étrangers en Chine ont été très actifs, même au plus fort de la pandémie de COVID», a indiqué Wang Dan, économiste en chef de la Hang Seng Bank China, à CGTN.

Maintenir des prix modérés

Pour compenser l’impact du COVID-19 sur l’économie à un stade précoce, la plupart des grandes économies ont insufflé de grandes quantités de liquidités sur leurs marchés.

«Les États-Unis et l’Europe ont généreusement distribué des liquidités aux ménages, ce qui était indispensable pour amortir les effets négatifs pour les familles vulnérables, mais aussi la principale source de la forte inflation», a ajouté M. Wang.

Plus tôt cette année, de cette année, les États-Unis et les principales économies européennes ont vu leur inflation atteindre des sommets inégalés depuis des décennies, ce qui a conduit leurs banques centrales à augmenter les taux d’intérêt à une vitesse supérieure à la normale afin de maîtriser la flambée des prix. Dans ce contexte d’inflation persistante, les consommateurs ont commencé à se serrer la ceinture, selon les médias locaux.

En comparaison, l’expansion monétaire de la Chine a été modérée en réponse à la pandémie, et s’est concentrée sur l’aide aux entreprises afin qu’elles puissent continuer à fournir des emplois et un revenu stable aux ménages.

La Chine a fait un «excellent travail» de stabilisation des prix cette année, ce qui reflète pleinement la flexibilité et la pertinence de ses politiques de macro-contrôle, a déclaré Dong Yu, vice-président exécutif de l’Institut chinois de planification du développement de l’Université Tsinghua.

« Empirer avant de s’améliorer »

Récemment, la Chine a annoncé 10 nouvelles mesures visant à optimiser la prévention et le contrôle du COVID-19, dans le cadre de ses efforts pour équilibrer le contrôle des épidémies et le développement économique et social.

Le pays a levé les restrictions sur les voyages et n’exige plus de résultats négatifs aux tests PCR et de codes sanitaires, sauf dans certains lieux.

Ces nouvelles mesures contribueront à rétablir le secteur des services, mais les performances économiques «vont empirer avant de s’améliorer», a affirmé M. Wang.

À mesure que les contaminations se propagent, certaines personnes préfèrent rester chez elles pour tenter d’éviter les foules et de contracter le virus. Cela se reflète dans une reprise limitée de la mobilité et de l’activité commerciale.

Ces nouvelles mesures permettront un rétablissement complet, a indiqué M. Wang, ajoutant que la reprise économique s’accélérera tout au long de 2023, la reprise de la consommation étant le principal moteur de la demande intérieure. «Nous nous attendons à ce que le niveau du commerce de détail revienne au niveau de 2019 d’ici la fin de 2023 et converge progressivement vers une tendance historique après 2024.»

La conférence centrale annuelle de travail économique de la Chine, qui s’est tenue à Pékin les 15 et 16 décembre 2022, a promis de stimuler la demande nationale l’année prochaine en donnant la priorité à la reprise et à l’expansion de la consommation.

Les économistes prévoient que la croissance du PIB de la Chine atteindra environ 5% en 2023, tandis que les États-Unis et la zone euro devraient augmenter d’environ 1% et se contracter de 0,2%, respectivement.