Une série de scandales impliquant des enseignants étrangers a suscité l’inquiétude et des débats dans l’opinion publique.

A Qiangdao, dans le Shandong, un professeur étranger de maternel a été arrêté pour avoir agressé une petite fille. Selon la justice du Shandong, l’incident aurait eu lieu lorsque l’enfant faisait la sieste l’après midi.

Cette affaire n’est pas la première concernant des enseignants étrangers, suscitant l’inquiétude des parents. En effet, début juillet, 7 étrangers, professeurs d’anglais, dans un établissement éducatif ont été arrêté pour trafic de drogue dans la province du Jangsu.

Les experts soulignent dans un rapport que la législation chinoise oblige les étrangers à obtenir des diplômes d’enseignement ou des diplômes d’anglais. Mais il est difficile pour les autorités et les institutions éducatives de vérifier si un professeur étranger est réellement qualifié ou non.

Dans une interview à CGTN, un membre d’un institut de formation en langue anglaise, a expliqué que « parce que les étrangers sont très discrets, pour eux, c’est juste un travail. n n’a pas l’occasion de demander leurs informations personnelles ».

Face au fossé entre l’offre et la demande de professeur d’anglais qualifié étranger de nombreux institus embauchent comme enseignant des étrangers sans la qualification requise.

Selon le Bureau national des affaires des experts étrangers, parmi les 4000 praticiens étrangers de l’éducation en Chine, seule la moitié est qualifiée.

Face à l’ampleur de la demande et du nombre croissance d’étranger non qualifié, le ministère de l’éducation a publié une directive mettant l’accent sur la supervision de la qualification des professeurs étrangers.