mardi, juillet 16

Une fusée porteuse réutilisable effectue son premier vol d’essai

La Société de sciences et technologies aérospatiales de Chine (CASC, principale entreprise aérospatiale du pays), a effectué le 23 juin un test technologique important, en vue de construire la première fusée porteuse réutilisable du pays.

Une fusée porteuse réutilisable de la Chine a effectué le 23 juin avec succès un test de vol à décollage et atterrissage vertical (vertical take-off and landing, VTOL) de 10 km au Centre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le nord-ouest de la Chine.

L’Académie de Shanghai pour la technologie des vols spatiaux (SAST) a utilisé une fusée expérimentale pour effectuer un « test de saut » au Centre de lancement de satellites de Jiuquan, situé dans le désert de Gobi dans le Nord-Ouest de la Chine.

La fusée a effectué avec succès un test de « décollage et atterrissage verticaux » (DAV), la fusée est montée à environ 12 kilomètres, puis a effectué un atterrissage vertical contrôlé.

Pour les scientifiques chinois, ce test de six minutes était l’expérience de DAV la plus sophistiquée jamais menée par un astronef réutilisable chinois, ainsi que de la première application de son moteur à poussée variable profonde et à oxygène liquide-méthane (LOX/Méthane) développé au niveau national sur un vol aller-retour de 10 km.

Cela a permis de vérifier plusieurs technologies cruciales pour le vol inaugural d’une fusée réutilisable prévu en 2025, a indiqué la CASC. Parmi ces technologies, la configuration du VTOL de la fusée, la technologie des tampons d’atterrissage pour charges lourdes, la technologie de propulsion réutilisable avec une poussée variable forte et élevée, et la technologie de navigation et de contrôle d’atterrissage de haute précision.

Ce vaisseau spatial expérimental possède un diamètre de 3,8 mètres, alimenté par trois moteurs à LOX/méthane de 70 tonnes et est équipé d’un système de tampons d’atterrissage de taille normale.

La capacité de VTOL est une amélioration de la forme originale de la fusée, visant à rendre son premier étage réutilisable. Cette innovation a pour but d’améliorer l’efficacité des lanceurs et de réduire les coûts des vols spatiaux.

« Le test de saut, ou test DAV, est une étape cruciale dans la recherche et développement de fusées réutilisables, permettant aux concepteurs d’évaluer les performances des moteurs réutilisables et la capacité de la fusée à atterrir en toute sécurité », a souligné l’agence de presse, Xinhua.

Outre l’Académie de Shanghai, une autre filiale de la CASC, l’Académie chinoise de technologie des lanceurs basée à Beijing, développe aussi des fusées réutilisables. Deux entreprises privées chinoises ont également effectué des tests de saut de leurs propres fusées expérimentales alimentées au méthane, s’efforçant de construire des fusées réutilisables.

Cet essai a jeté les bases techniques du premier vol d’une fusée porteuse réutilisable de quatre mètres de diamètre, prévu pour 2025, selon les scientifiques.

Image de Une : image d’illustration

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *