La Chine a accusé Facebook d’avoir des «préjugés idéologiques» après l’annonce par le réseau social de nouvelles règles visant les médias d’État, notamment chinois, qui seront désormais clairement identifiés sur le site.

En effet, le réseau social a commencé à étiqueter les médias qu’il considère comme étant contrôlés par l’État, y compris le chinois Xinhua News et le russe Spoutnik, que la plateforme américaine évalue sur la base de divers facteurs tels que l’influence du gouvernement et la propriété.

La plateforme américaine avait présenté un certain nombre de mesures afin de protéger l’élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis des ingérences étrangères. Parmi lesquelles, Facebook va ainsi interdire les publicités postées par des médias contrôlés par un État sur ses plateformes américaines.

De plus, les contenus provenant de médias étatiques, et ces médias eux-mêmes, seront marqués comme tels. «Nous espérons que le réseau social concerné abandonnera ses préjugés idéologiques», a réagi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Ce dernier a indiqué lors d’une conférence de presse que Facebook doit réserver un «traitement équitable» aux médias étrangers aux Etats-Unis et à ne pas mettre en place des «entraves de manière sélective».

Cette annonce du réseau social américain intervient alors que les relations entre Beijing et Washington sont de plus en plus tendues dans divers domaines : commercial, technologique, diplomatique…