Second acheteur de viande bovine et de volaille brésilienne, Beijing a suspendu le 20 mars les importations, après la découverte d’un vaste réseau de commercialisation de denrées avariées, a annoncé le ministère brésilien de l’Agriculture.

Cette annonce survient après une enquête de deux années menée par la police brésilienne, qui a mit en évidence l’existence d’un réseau de corruption présumé.

Des inspecteurs des services sanitaires recevaient des pots-de-vin de la part d’entreprises de l’agroalimentaire pour émettre des certificats destinés à des denrées avariées, sans réaliser de contrôle.

En 2016, les exportations brésiliennes de viande de poulet vers la Chine ont dépassé les 859 millions de dollars (807,5 millions d’euros). Celles de viande bovine ont atteint la même année 702,7 millions de dollars (660,5 millions d’euros), selon le ministère brésilien du commerce.