Éternuer ou tousser sans se couvrir le nez ou la bouche, et ne pas porter de masque en public en cas de maladie font désormais partie d’une nouvelle liste d’infractions à Beijing.

Les citoyens sont également tenus de «s’habiller proprement» en public et ne pas se promener torse nu comme le font de nombreux hommes en été, afin de s’aérer.

La municipalité va interdire à compter du 1er juin une série de comportements jugés «non civilisés», afin d’améliorer l’hygiène dans les lieux publics en pleine pandémie de nouveau coronavirus.

La Chine a atteint 82.827 cas confirmés, le 25 avril, dont 801 patients sont toujours hospitalisés, 77.394 sont sortis de l’hôpital après leur rétablissement, et 4.632 ont succombé à la maladie..

La nouvelle réglementation impose également d’installer des marquages pour la distanciation sociale dans les lieux publics. Beijing, ville de plus de 20 millions d’habitants, décourage déjà toute une série de comportements «non civilisés», notamment le fait de cracher en public, de jeter n’importe où des détritus, de promener des chiens sans laisse et de fumer dans les lieux où cela est interdit.

Mais dans les faits, la réglementation n’est pas toujours respectée et certaines habitudes n’ont pas complètement disparu. Les dernières règles – adoptées le 24 avril – encouragent par ailleurs la police à signaler les infractions graves, qui peuvent affecter le «crédit social» d’une personne.