Les autorités chinoises ont estimé que la guerre commerciale avec les Etats-Unis pouvait «certainement» être résolue au moyen d’un dialogue équilibré. Cette déclaration intervient alors que des négociations bilatérales sont en cours après la trève annoncée par les présidents Xi Jinping et Donald Trump.

Beijing et Washington s’imposent depuis l’an dernier des droits de douane, touchant désormais plus de 360 milliards (316,8 mds €) d’échanges commerciaux annuels. Ces taxes douanières impactent durement les entreprises des deux côtés du Pacifique.

Le 29 juin, en marge du sommet du G20 à Osaka au Japon, les présidents chinois Xi JInping et américain Donald Trump ont convenus de relancer les négociations commerciales.

«Les préoccupations fondamentales de la Chine doivent être prises en compte de façon appropriée», a déclaré le 12 juillet Gao Feng, le porte-parole du ministère chinois du Commerce.

«Je suis certain que si les deux parties peuvent, grâce à un dialogue mené sur un pied d’égalité, prendre en considération les préoccupations légitimes de l’autre, elles seront certainement capables de trouver une solution au problème», a expliqué ce dernier.

Les principaux négociateurs américains et chinois se sont entretenus le 10 juillet pour tenter de relancer les négociations de haut niveau, après deux mois de silence.

La Chine a formulé trois conditions avant de signer un éventuel accord : l’annulation par Washington des droits de douane punitifs ; la baisse à un niveau plus raisonnable des exigences de Donald Trump sur les achats chinois de produits américains ; et une formulation plus «équilibrée» du texte final.

Le gouvernement chinois a également appelé le 12 juillet à la levée immédiate des sanctions visant le géant chinois des télécoms Huawei. «Nous constatons que Huawei et d’autres entités chinoises figurent toujours sur la liste américaine de contrôle des exportations», a déclaré Gao Feng.

«Nous exhortons les États-Unis à tenir réellement leurs promesses et à cesser immédiatement d’utiliser le pouvoir de l’État pour réprimer les entreprises chinoises», a ajouté ce dernier.

Donald Trump avait indiqué fin mai qu’il était possible que Huawei soit inclus dans un accord commercial. Lors de son entretien à Osaka, il avait évoqué un possible assouplissement des restrictions visant le géant des télécoms.