La production industrielle et les ventes de détail ont connu un fort essoufflement en avril sur une année, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

La hausse de la production industrielle a été moins rapide en avril 2019, à +5,4% par rapport à avril 2018, contre +8,5% en mars. Celle des ventes de détail a diminué de 1,5 point par rapport au mois précédent, arrivant à +7,2%.

L’augmentation de la production industrielle est très inférieure aux prévisions des économistes interrogés par l’agence financière Bloomberg, qui tablaient en moyenne sur 6,5%.

Concernant l’investissement en actifs immobilisés a ralenti lors des quatre premiers mois de l’année, avec une progression de 6,1%, tandis que les économistes interrogés par l’agence de presse Reuters anticipaient une hausse de 6,4% après +6,3% au premier trimestre.

Les investissements privés en actifs immobilisés, qui représentent environ 60% de l’investissement total, ont ralentit, progressant de 5,5% sur la période janvier-avril contre une hausse de 6,4% sur les trois premiers mois de l’année.

Quant aux dépenses d’infrastructures, l’un des moteurs de la croissance, les statistiques officielles montrent une progression de 4,4% entre janvier et avril en rythme annuel, identique à celle constatée au premier trimestre.

Globalement, ces données montrent la nécessité pour Beijing de prendre de nouvelles mesures de soutien vie-à-vis de son économie dans un contexte de guerre commerciale avec les Etats-Unis.

Ainsi les statistiques officielles pubilée ce 15 mai mettent en avant un recul inattendu des exportations chinoises en avril, en raison des droits de douane américain en vigueur et du ralentissement prolongé de la demande mondiale.

Washington a intensifié sa guerre commerciale avec la Chine en relevant les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises. De plus, Donald Trump a chargé son administration d’entamer les procédures nécessaires pour relever les droits de douane sur la totalité des produits chinois.

Le gouvernement a répliqué en annonçant son intention d’imposer des taxes sur 60 milliards de dollars de produits américains importés.

Les indicateurs du mois d’avril plombent les espoirs de stabilisation de la seconde puissance économique mondiale dont l’objectif de croissance a été abaissé pour 2019, entre 6 et 6,5% contre 6,6% en 2018.

Afin de stimuler l’activité, Beijing a encouragé ces derniers mois les banques à gonfler leurs prêts aux petites entreprises, et à restaurer la confiance des entreprises. A cela s’ajoute les injections de liquidités dans le système financier pour alléger la fiscalité, tout en augmentant la dépense publique.