Axée sur le thème «Whence and Whither — Unprecedented Changes in the World and China and the CPC» (D’où et où — Des changements sans précédent dans le monde et la Chine et le PCC), l’édition 2021 de la conférence «Comprendre la Chine» (Guangzhou), organisée du 1er au 4 décembre dans la ville de Guangzhou, au sud de la Chine, a attiré près de 80 personnalités du monde politique, universitaire et économique.

Au total, 12 forums parallèles successifs ont été organisés afin d’encourager un échange vigoureux d’idées à l’échelle mondiale, en mettant l’accent sur la façon d’offrir une solution plus permanente aux défis pressants et aux risques graves auxquels le monde est confronté.

«Ces échanges sont capitaux car nous sommes confrontés à des défis mondiaux majeurs qui nécessitent des solutions globales, fondées sur la coopération pour lutter contre le changement climatique et l’instabilité financière mondiale, notamment, mais également, désormais, pour éradiquer la pauvreté mondiale, s’attaquer au protectionnisme, lutter contre la prolifération nucléaire et faire face aux pandémies», a déclaré l’ancien Premier ministre britannique James Gordon Brown.

Martin Jacques, professeur invité à l’Université Tsinghua, a déclaré que le succès du PCC réside dans sa capacité à présenter la civilisation chinoise de manière claire et compréhensible. Il a ajouté que le développement du Parti s’est déroulé sur la durée. Il ne s’est pas fait «du jour au lendemain» et s’est amélioré grâce à des réformes constantes.

Alex Wang, professeur et codirecteur à l’Emmett Institute on Climate Change and the Environment de l’Université de Californie à Los Angeles, a déclaré que la Chine disposait d’une grande expérience dans des domaines tels que l’énergie solaire, les véhicules électriques et les batteries.

La mise en place d’une coopération peut donc permettre à la Chine et au reste du monde d’améliorer la mise en commun et d’accélérer la mise en œuvre de mesures pour lutter contre le changement climatique.

L’appel à la «coopération» a été la demande la plus pressante et la plus forte exprimée lors de la conférence. On peut le constater sur des sujets comme la coopération en matière de lutte contre la COVID-19, l’agencement des chaînes industrielles mondiales, la réalisation de l’objectif de neutralité carbone et de pic d’émissions, le développement et la connectivité des infrastructures mondiales, et l’harmonisation de l’environnement commercial international.

Intervenant lors de la conférence internationale par liaison vidéo, Pascal Lamy, ancien directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, a souligné que la pénurie de vaccins, la fracture numérique, l’écart des émissions de carbone et la disparité des richesses posaient encore de graves défis et risques pour la paix et le développement mondiaux.

Pascal Lamy a ajouté que si l’évaluation de ces divers risques et défis est correcte, il n’y aura pas d’autre choix que d’en tenir compte et de renforcer la collaboration dans le monde.

Les participants à l’événement ont largement fait écho à ce point de vue et appelé à une plus grande coopération internationale.

Guangzhou a accueilli ce grand événement pour la troisième fois. Et récemment, cette ville dynamique située dans le sud de la Chine a vu l’ouverture d’un salon international sans précédent (Foire de Canton), qui s’est tenu en ligne et hors ligne.

Ce salon a attiré des centaines de milliers d’acheteurs étrangers et a été associé à la cérémonie impressionnante du prix international de Guangzhou pour l’innovation urbaine. Tous ces éléments qu’une foule d’événements passionnants ont apportés à la ville historique en ont renforcé la diversité et le dynamisme.