La plus grande espèce d’empreintes d’Asianopodus a été découverte par une équipe de recherche de l’Académie chinoise des sciences dans le bassin de Junggar, située dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang.

Les scientifiques disent que les grandes empreintes à trois doigts sont une nouvelle espèce. D’autant que les empreintes fossilisées mesurent 47 à 56 centimètres de long et 31 à 42 centimètres de large.

Concernant sa forme, des chercheurs dirigés par Wang Xiaolin de l’Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des vertébrés (IVPP) de l’Académie chinoise des sciences ont déduit que l’empreinte à trois doigts appartient à un dinosaure théropode.

La nouvelle espèce est environ 1,5 fois plus longue que la plus grande empreinte d’Asianopodus précédemment enregistrée, et elle a été considérée comme une nouvelle espèce appelée Asianopodus niui.

Les précédentes mesures réalisées sur la plus grande empreinte d’Asianopodus s’élèvent à 38 cm de long. Il a été trouvée dans la région autonome de Mongolie intérieure en 2011.

Selon la longueur de l’empreinte, le rythme et la longueur de la foulée, la hauteur des hanches du trackmaker d’A. Niui est d’environ 2,3 mètres et la longueur du corps est de 6 mètres.

La vitesse du trackmaker est étroitement liée à la hauteur des hanches et à la longueur de la foulée, les chercheurs ont calculé que la vitesse du trackmaker était d’environ 8 km par heure.

Les chercheurs ont déduit que le trackmaker d’A. Niui a marché sur le rivage et dans un environnement lacustre peu profond. Ces derniers se sont basés sur des marques d’ondulation symétriques et les traces d’invertébrés à la surface de la couche d’empreintes.

Au Japon, le genre d’Asianopodus a été découvert et établi pour la première fois en 2005 et l’espèce type est A. pulvinicalx. En Chine, de nombreuses empreintes d’Asianopodus ont également été découvertes surtout dans la région de Mongolie intérieure.

L’équipe de recherche dirigée par Wang Xiaolin a également trouvé 5 empreintes de tridactyle de taille moyenne sur le même site, qui appartiennent à A. pulvinicalx. Mais depuis 2006, l’équipe a trouvé un grand nombre d’empreintes de ptérosaures, de dinosaures, de tortues et d’oiseaux dans le bassin de Junggar.