Un client d’un restaurant de Leshan, dans la province du Sichuan, a découvert des empreintes de dinosaures. Une équipe de paléontologues s’est rendue sur place et a confirmé la découverte de ces empreintes appartenant à deux sauropodes.

Le 10 juillet, Ou Hongtao dînait dans un restaurant, lorsqu’il a aperçu d’étranges formes arrondies sur le sol en pierre de la cour extérieure de l’établissement. Intrigué, l’homme, passionné de dinosaures, a décidé de contacter une équipe de paléontologues pour enquêter.

Des recherches menées le 16 juillet 2022 par une équipe de paléontologues ont permis d’identifier les empreintes de deux sauropodes (Patagotitan mayorum), une espèce de dinosaure datant du Crétacé supérieur, quadrupède et végétarien. Ils sont reconnaissable à son long cou et sa queue allongée.

Les deux spécimens peuplaient la région il y a 100 millions d’années et mesuraient probablement 8 mètres de long, selon le Dr Lida Xing, paléontologue et professeur associé à l’Université chinoise des Géosciences, selon l’agence ECNS.

Avant d’être un restaurant, le site était un élevage de poulets. Raison pour laquelle, les empreintes de dinosaures étaient enterrées sous des couches de terre et de sable, les protégeant ainsi de l’érosion et des intempéries.

Il s’agit d’une découverte importante, car elle met en avant une période peu développée. En effet, la plupart des fossiles découverts dans la région datent de la fin du Jurassique, qui correspond à « l’âge d’or » des dinosaures, il y a 145 millions d’années. Le Crétacé supérieur s’est achevé il y a 66 millions d’années par la disparition des dinosaures, a expliqué le Dr Lida Xing,

De plus, le développement des infrastructures et de l’urbanisme que connait la Chine depuis ces dernières décennies ne facilite pas le travail des paléontologues, a expliqué le Dr Lida Xing à la chaîne américaine CNN. Cette dernière a indiqué être alertée régulièrement par des citoyens pour confirmer des découvertes de ce type.

Avec son équipe, elle a pris l’habitude de se rendre sur les sites de potentielles découvertes sous 48heures, afin d’éviter que des fossiles « ne soient détruits par des travaux de construction en quelques jours ».

Image de Une : illustration