Le ministère sud-coréen du commerce, de l’industrie et de l’énergie a annoncé avoir conclu un accord avec la Chine, afin de finaliser leur étude conjointe sur le raccordement de leurs réseaux électriques, d’ici la fin de l’année.

Ce projet est la première étape vers la mise en pratique de l’initiative «super réseau de l’Asie du Nord-est» prévoyant de fournir de l’électricité vers la Corée du Sud et le Japon via la Chine. Cette électricité est produite à partir de l’énergie éolienne installée en Mongolie.

Korea Electric Power Corp. et son homologue chinois ont lancé en avril 2018 une étude conjointe sur le raccordement de leurs réseaux électriques, à travers l’installation d’un câble situé dans les fonds marins. Cette initiative intervient au moment où la Corée du Sud et la Chine tentent de stimuler l’approvisionnement en énergie à partir de sources d’énergies propres et renouvelables.

D’après le ministère sud-coréen, «les deux gouvernements apporteront leur soutien pour que l’étude conjointe puisse être conclue d’ici la fin de l’année». Une entente a été trouvée lors de la première série de réunions de travail à Séoul entre le ministère et l’Administration nationale de l’énergie (NEA) de la Chine, mise en place après le sommet entre les dirigeants de la Corée du Sud et de la Chine de décembre 2017.

Ces derniers ont mit en place des clauses dans un mémorandum d’entente séparé, conclu avec le Japon au début du mois, dans le but de renforcer la coopération dans le domaine du gaz naturel liquéfié (GNL). Séoul et Beijing ont également évoqué les moyens d’accroître la flexibilité des destinations d’importation de GNL.

Le Japon et la Chine sont respectivement les premier et deuxième plus grands importateurs mondiaux, suivi par la Corée du sud. Les trois pays tentent d’améliorer les termes du contrat mettant en avant leur pouvoir d’achat, selon le ministère. Les autorités sud-coréennes et chinoises devraient organiser une deuxième série de réunions de travail l’an prochain.