Dans le cadre de la lutte contre l’urbanisation sauvage, les autorités de la ville de Linfen, dans le Shanxi, ont ordonné la destruction d’une église évangélique.

L’association de défense des chrétiens ChinaAid a dénoncé cette destruction la qualifiant de « persécution digne de l’Etat islamique ». Il s’agit de la troisième démolition ou fermeture d’une église chrétienne en une vingtaine de jours, a déploré l’agence de presse catholique Ucanews.

L’église évangélique Jindengtai (« Chandelier doré« ), peinte en gris, surmontée de tourelles et d’une grande croix rouge, a été encerclé par des responsables, qui ont deux jours à détruire l’édifice.

Selon les autorités, la monumentale église évangélique Jindengtai avait été érigée illégalement en 2009. « Un chrétien a donné son terrain agricole à une association chrétienne locale qui a construit cette église, prétextant bâtir un entrepôt, a indiqué un responsable local. Sa démolition s’effectue dans le cadre d’une campagne municipale visant à éliminer les constructions illégales« , a indiqué le journal Global Times.

Un officiel de la ville, cité anonymement par le quotidien proche du gouvernement a indiqué que « les services municipaux avaient mis un terme à la construction de l’église […] en 2009, lorsque l’église était presque achevée, […] au motif que le propriétaire du terrain n’avait pas fait les démarches nécessaires« .

« La persécution répétée de l’église Golden Lampstand démontre que le gouvernement chinois n’a aucun respect pour la liberté religieuse ou les droits de l’homme », a déclaré le président et fondateur de ChinaAid, Bob Fu, dans un communiqué publié sur leur site.

 « ChinaAid appelle la communauté internationale à condamner ouvertement le bombardement de cette église et à exhorter le gouvernement chinois à indemniser équitablement les chrétiens qui ont payé pour cela et à cesser immédiatement ces démolitions alarmantes d’églises », a ajouté ce dernier.

Pour Bob Fu, l’église « a principalement été détruit car il refusait de s’enregistrer » auprès des autorités. En effet, les religions officiellement reconnues (catholicisme, protestantisme, islam, bouddhisme, taoïsme) doivent s’associer à des associations « patriotiques » sous l’égide de l’Etat, afin d’éviter toute influence étrangère via la religion.

Le pays compte 5,7 millions de catholiques et 23 millions de protestants, selon des statistiques officielles datant de 2014. Ce chiffre ne prend pas en compte les dizaines de millions de membres des Eglises non reconnues, principalement protestantes.