Les exportations chinoises vers les États-Unis ont augmenté de 20,5% en glissement annuel pour atteindre 44 milliards de dollars (39,6 mds €) en septembre, et ce malgré les tarifs américains plus élevés imposés par l’administration Trump, a rapporté Associated Press.

La Chine a importé pour 13,2 milliards de dollars (11,88 mds €) de marchandises américaines au cours du même mois, une hausse de 24,5% par rapport à l’année précédente.

« L’essor du commerce sino-américain, en particulier, est devenu l’argument le plus fort pour réfuter la théorie du ‘découplage’ proposée par la président Donald Trump, et des politiciens américains à Washington« , a écrit le Quotidien du peuple.

Le port de Yangshan de Shanghai a vu son activité reprendre à un rythme accéléré depuis avril 2020, alors que la Chine a contenu l’épidémie de COVID-19, et il a établi un record mensuel de manutention de conteneurs en octobre, dû à la demande intérieure croissante et à l’essor des échanges avec les pays de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), les États-Unis et l’Europe.

«Le volume de manutention de conteneurs au port souligne la reprise rapide de la Chine après le virus», a déclaré Fang Huaijin, vice-président du Shanghai International Port Group (SIPG).

Depuis juillet 2020, le port a connu une hausse significative du prix d’envoi entre la Chine et les États-Unis en raison de la demande croissante, atteignant 4000 dollars par conteneur au plus haut, a précisé Fang Huaijin.

Les États-Unis n’ayant pas totalement contrôlé le coronavirus, ce qui a impacté le chiffre d’affaires de leurs ports sur la côte ouest du pays, le port de Shanghai a fait face à une pénurie de conteneurs vides revenant de l’autre côté du Pacifique.

Alors que la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis a eu un impact sur l’activité du port en raison de la diminution du volume des échanges en 2019, la reprise constatée depuis le début de l’année 2020 montre une autre réalité.

Le vice-président du Shanghai International Port Group a déploré que «certains politiciens prônent un ‘découplage’ économique, ce qui n’est pas réaliste, car la relation économique entre la Chine et le monde est comme celle entre les os et la chair. Quel sera le résultat d’un découplage forcé?».

« À la fin, ce seront les entreprises qui auront le dernier mot dans un environnement de marché, pas ces politiciens », a-t-il ajouté. D’autant que les exportations chinoises vers les États-Unis ont augmenté de 20,5% en glissement annuel pour atteindre 44 milliards de dollars en septembre.

De plus, la Chine a importé pour 13,2 milliards de dollars de marchandises américaines au cours du même mois, une hausse de 24,5% par rapport à l’année précédente.