Le militant pro-démocratie de Hong Kong, Joshua Wong, a accusé LeBron James d’hypocrisie après que la superstar de la NBA a annoncé la création d’un groupe soutenant le droit de vote des Noirs aux États-Unis.

L’ancien étudiant devenu figure de la contestation avait témoigné devant le Congrès américain au nom des militants pro-démocratie de Hong Kong. Ce 11 juin, ce dernier a publié un tweet dénonçant la position de Lebron James.

Ce dernier serait en contradiction avec ses commentaires antérieurs sur les manifestations dans l’ancienne colonie britannique. En 2019, le basketteur américain avait été largement critiqué son soutien à la Chine dans le conflit qui l’oppose aux mouvements de contestation, réclamant plus de libertés.

Le maillot de LeBron James avait été piétiné, parfois même brûlé, par les manifestants hongkongais, qui n’ont pas apprécié les déclarations du joueur de basket. Ce dernier a ainsi déclaré que parfois le silence faisait plus avancer que la parole et que trop en dire « pouvait être négatif ».

LeBron James a estimé que Daryl Morey, manager de la franchise NBA des Houston Rockets, « n’en savait pas assez » et « était mal informé ». « Tant de personnes auraient ont pu être blessées, non seulement financièrement, mais aussi physiquement, émotionnellement et spirituellement. Alors faisons attention à ce que nous tweetons, ce que nous disons et ce que nous faisons », a-t-il ajouté.

Un an plus tard, Joshua Wong a assuré que

«la défense de la démocratie est vitale, mais @KingJames ne parle que fort aux États-Unis. En ce qui concerne la Chine, non seulement il se tait, mais il fait taire activement les autres. Il a qualifié @dmorey de « mal informé » et « pas vraiment éduqué » pour avoir soutenu #HongKong. Tout ce qui l’intéresse, c’est l’argent, pas les droits de l’homme. Hypocrite».

Certains manifestants de Hong Kong ont exprimé leur solidarité avec le mouvement Black Lives Matter aux États-Unis, en partie parce que les deux partagent une critique commune contre les violences policières.

Les manifestants américains ont d’ailleurs adopté certaines méthodes popularisées par leurs homologues de Hong Kong lors d’affrontements avec la police dans les villes des États-Unis ces dernières semaines.