L’envoyé spécial de la Chine pour les changements climatiques, Xie Zhenhua, s’est entretenu avec l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, en visite à Tianjin du 31 au 2 septembre 2021, a annoncé le ministère de l’Ecologie et de l’Environnement.

Rencontre entre Wang Yi et John Kerry, secrétaire d’Etat américain, fin janvier 2016.

La Chine et les Etats-Unis ont mené «des dialogues francs, approfondis et pragmatiques, et ont eu un échange complet des points de vue sur des questions clés, notamment la gravité et l’urgence du changement climatique mondial, les plans de discussions et de coopération bilatérales sur les changements climatiques, et la prochaine Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Glasgow, en Grande-Bretagne», a indiqué le communiqué de presse du ministère.

La Chine et les Etats-Unis ont également «partagé les politiques et les actions adoptées par leurs pays respectifs sur les changements climatiques», a souligné ce dernier.

D’ailleurs, la Chine a mis en place un groupe de travail sur le pic de carbone et la neutralité carbone, et «œuvre sur un système politique pour plafonner les émissions de dioxyde de carbone d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone d’ici 2060», selon le ministère.

De son côté, les Etats-Unis ont présenté les politiques de l’administration Biden visant à faciliter les objectifs du pays dans la réduction des émissions, selon le ministère chinoise de l’Ecologie et de l’Environnement.

Reconnaissant l’importance des négociations entre la Chine et les Etats-Unis sur les changements climatiques, «les deux parties ont discuté des prochaines mesures à prendre pour donner aux négociations bilatérales une base plus institutionnelle, plus concrète et plus pragmatique, ainsi que pour concrétiser certains plans et projets de coopération dans le secteur de l’énergie verte et à faible émission de carbone en établissant des mécanismes appropriés».

Dans le cadre du processus multilatéral de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et de l’Accord de Paris, la Chine et les Etats-Unis travailleront conjointement avec d’autres parties pour favoriser le succès de la conférence de Glasgow.

La Chine et les Etats-Unis ont convenu de poursuivre leurs dialogues et consultations, de prendre des mesures sur les questions climatiques, de renforcer la coopération pragmatique, de faire avancer ensemble le processus multilatéral et de stimuler la mise en œuvre intégrale, efficace et durable de l’Accord de Paris.

John Kerry est ainsi reparti aux États-Unis, après deux jours deux discussions avec ses homologues chinois à Tianjin, dans l’est de la Chine. L’envoyé spécial de la Maison Blanche sur le climat a demandé à la Chine de ne pas politiser la question du réchauffement climatique.

De son côté, John Kerry a indiqué que le dialogue a été «très constructif» et «très direct», à l’issue de sa rencontre avec le conseiller d’État, Yang Jiechi. Pour de nombreux observateurs, les deux hommes ont eu un dialogue de sourds.

La Chine est restée sur la ligne énoncée par Wang Yi le 1 septembre : «La coopération sino-américaine sur le changement climatique ne peut être isolée du contexte général des relations sino-américaines. Les États-Unis doivent se diriger dans la même direction que la Chine et prendre des mesures actives pour remettre les relations sino-américaines sur les rails», a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères.  

Du côté américain, l’émissaire américain sur le climat John Kerry a peu de marges de manœuvre sur les autres dossiers. Il a alors rappelé la position de Washington, dénonçant la construction continue, en Chine, de centrales à charbon, risquant de réduire à néant les efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique.