lundi, juin 17

La Chine, premier importateur de Madagascar

Un dixième des échanges commerciaux de Madagascar se fait avec la Chine. 2nd partenaire commercial du pays après l’Union européenne et le 1er importateur, la Chine est également la 7ème destination des exportations malgaches. L’Empire du milieu est l’un des pays les plus représentés dans la Grande Ile, avec près de 60’000 ressortissants, 3 fois plus que la France, et 1’400 entreprises présentes sur le sol malgache.

Entre 2014 et 2015, les échanges commerciaux entre Madagascar et la Chine ont augmenté de plus de 68 millions de dollars, pour atteindre l’an dernier 668 millions de dollars, soit 581 millions d’euros, contre 600 millions en 2014 (522 millions d’euros). Cela représente « une augmentation de 35 fois par rapport au volume enregistré en 1990″, a indiqué la nouvelle ambassadrice de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong, entrée officiellement en fonction, le 8 avril.

D’ailleurs, afin de faciliter les exportations malgaches vers la Chine et d’équilibrer la balance commerciale de Madagascar, 95% des produits malgaches bénéficient d’exonération de droit de douane en entrant en Chine. Cette politique a permit aux exportations malgaches de croître de 10% par rapport à 2014.

Liang Shaomin, conseiller économique et commercial au sein de l’Ambassade de la Chine a expliqué à L’Express de Madagascar que « les produits commerciaux malgaches exportés dans le pays chinois, notamment les minerais, les cendres, les huiles essentielles et rétinoïdes, les produits de parfumerie et de toilette, ou encore le café, se sont multipliés en un an, participant ainsi à 13% du volume global import-export de la Grande île ».

De plus, l’an dernier, le gouvernement chinois a lancé une politique avantageuse pour les opérateurs économiques souhaitant investir à Madagascar. De son côté, les autorités malgaches ont organisé la Foire International Asia-OI, où plus de 400 investisseurs asiatiques, malgaches, seychellois, réunionnais, mahorais et mauriciens pour échanger et débattre des opportunités économiques et commerciales à Madagascar.

Sur le long terme, Beijing vise à externaliser vers l’Afrique, dont Madagascar, afin également d’optimiser ses coûts de production. La Chine tente ainsi de redynamiser son économie, ralentie par la surcapacité de l’industrie manufacturière, la chute des exportations internationales, et entre autre l’endettement des entreprises d’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *