La croissance de l’économie chinoise, affectée par les effets de la politique « zero COVID », devrait se redresser à 4,9% en 2023, grâce notamment aux nouvelles mesures envisagées par Pékin, avant de se stabiliser l’an prochain, montre une enquête Reuters.

Selon les prévisions de 49 économistes interrogés par l’agence de presse Reuters, le produit intérieur brut (PIB) de la Chine n’a probablement augmenté que de 2,8% en 2022. L’économie chinoise évolue dans un contexte de restrictions sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19 ayant pesé sur l’activité et la confiance des ménages et des entreprises.

En octobre, les économistes tablaient encore sur une croissance économique pour la Chine de 3,2% en 2022 après un gain de 8,4% en 2021.

Les dirigeants chinois se sont engagés à stimuler la croissance de la deuxième économie mondiale cette année tout en s’attaquant à certains freins comme la politique « zéro Covid » et l’important ralentissement observé dans le secteur de l’immobilier.

La plupart des restrictions liées au Covid-19 ont été levées dès le 7 décembre 2023, après trois années de politique sanitaire très stricte, ayant provoqué une flambée de contaminations par le virus SARS-CoV-2.

« Nous nous attendons à ce que les activités économiques et la consommation rebondissent fortement à partir de mars-avril, à la faveur de la réouverture post-COVID et du déblocage de l’excédent d’économies (des ménages) », a indiqué dans une note Tao Wang, chef économiste pour la Chine chez UBS.

« L’absence de mesures de stimulation des revenus et de la consommation à grande échelle limitera probablement le rebond », a-t-il cependant ajouté.

D’après l’enquête de l’agence de presse Reuters, le taux de croissance attendu sur l’année 2022 en Chine devrait bien être inférieur à l’objectif officiel d’environ 5,5%. Hormis le taux de croissance de 2,2% qui a suivi le premier choc lié à la pandémie de Covid-19 en 2020, l’année 2022 devrait marquer la pire performance annuelle de l’économie chinoise depuis 1976.

L’enquête estime que le PIB a probablement crû de seulement de 1,8% au quatrième trimestre 2022 sur un an en raison du renforcement des mesures anti-COVID, contre une croissance 3,9% au troisième trimestre.

D’un trimestre à l’autre, l’économie devrait avoir accusé une contraction de 0,8% au quatrième trimestre, contre une croissance de 3,9% sur la période juillet-septembre, montre également l’enquête.

Selon les statistiques officielles, le PIB pour l’année 2022, le quatrième trimestre et le mois décembre seront publiées le 17 janvier. Toutefois, les dirigeants chinois se sont engagés en décembre à se concentrer sur la stabilisation de l’économie en 2022, promettant d’intensifier les réformes pour s’assurer que les principaux objectifs soient atteints.

La Chine devrait viser une croissance économique d’au moins 5% en 2023 pour contenir le chômage, selon des sources gouvernementales.

Les institutions préparent des mesures de relance économique

La Banque populaire de Chine s’est engagée à mener une politique « spécifique et énergique » en 2022, afin de soutenir l’économie, en maintenant des liquidités raisonnablement abondantes et en réduisant les coûts de financement pour les entreprises.

Les analystes s’attendent à ce que la banque centrale chinoise réduise le taux de prêt préférentiel LPR (loan prime rate), un taux d’intérêt sur an, de cinq points de base (pdb) au cours du premier trimestre.

La banque centrale a décidé le 20 décembre de maintenir ce taux inchangé pour le quatrième mois consécutif. Cette décision est en phase avec les prévisions de la plupart des observateurs du marché qui s’attendent néanmoins à un nouvel assouplissement monétaire pour soutenir le ralentissement de l’économie chinoise.

Le taux de réserves obligatoires des banques a lui été réduit le 5 décembre de 25 points de base, deuxième mesure de ce type décidée par la banque centrale l’an dernier.

« La politique économique devrait devenir plus favorable en 2023. Nous prévoyons une croissance du crédit de 11-12% en 2023 contre 9,6% en 2022, grâce au geste en direction des banques et à l’amélioration de la demande de crédit », a indiqué Larry Hu, chef économiste pour la Chine chez Macquarie.

« La politique budgétaire pourrait également devenir plus expansionniste avec un nombre record d’obligations spéciales pour les autorités locales », selon lui. Pour Reuters, la hausse des prix à la consommation en Chine devrait s’accélérer à 2,3% cette année, contre 2,0% l’an dernier, avant de se stabiliser en 2024.