D’après l’agence Bloomberg, l’activité économique de la Chine a augmenté en janvier et février par rapport à la même période l’an dernier, avec cependant des chiffres montrant une reprise inégale. D’un côté, une forte production industrielle alimentée par les exportations, et de l’autre côté, un retard sur les dépenses de consommation.

Les données officielles montrent des taux de croissance sans précédent de plus de 30% pour les indicateurs clés, en grande partie dus à des distorsions par rapport aux fermetures de l’année dernière.

Lire aussi :

La croissance de la production industrielle de 35,1% a dépassé les attentes de 32,2% des économistes, en raison de vacances du Nouvel An lunaire plus courtes cette année, car le gouvernement a encouragé les travailleurs à rester dans les usines plutôt que de retourner dans leur ville natale.

Soutenues par des données d’exportation pour janvier et février, les statistiques montrent que la Chine a largement maintenu le schéma établi en 2020 avec une reprise basée sur la croissance de la production industrielle pour l’exportation et l’investissement dans des secteurs, comme l’immobilier, retardant les efforts de rééquilibrage de l’économie de la Chine vers la demande des consommateurs intérieurs.

Les ventes au détail ont grimpé de 33,8% au cours de la même période, remettant en question la prévision de 32% d’économistes interrogés par Bloomberg. Sur une base moyenne de deux ans, ce qui corrige l’énorme baisse observée en 2020 lorsque la Chine a introduit des restrictions en matière de pandémie, la croissance des ventes au détail a été de 3,2%, un contraste frappant avec une croissance de 8,1% de la production industrielle sur la même période.

Lire aussi : vente détail

Les ventes au détail en février n’ont augmenté que de 0,56% par rapport au mois précédent, selon les données du Bureau d’État des Statistiques (BES). Cela indique que «le Nouvel An lunaire a peut-être eu une augmentation plus faible de la consommation nationale que prévu», a expliqué à Bloomberg, Bruce Pang, économiste chez China Renaissance Securities.

Lire la suite: La Chine croissance

Le marché boursier de la Chine a chuté lundi après la publication des données statistiques du BES, l’indice CSI 300 en baisse de 3,0% à 14h20. à Shanghai après avoir perdu 2,2% la semaine dernière. Le yuan onshore s’est légèrement affaibli par rapport au dollar, selon Bloomberg.

La Banque populaire de Chine a maintenu la liquidité du marché neutre plus tôt ce 15 mars, incitant les taux du marché monétaire à augmenter en raison des préoccupations persistantes concernant la liquidité.

Xing Zhaopeng, économiste chez Australia & New Zealand Banking Group, a indiqué que «depuis le début de cette année, la PBOC a drainé plus de 600 milliards de yuans de fonds sur le marché afin de freiner les bulles d’actifs.»

Banque populaire de Chine

Le gouvernement a imposé des restrictions de voyage avant les vacances du Nouvel an, qui sont tombées en février de cette année, afin de freiner les cas contaminations au Covid-19 dans certaines régions de Chine.

Lire aussi :

Cette situation a contribué à stimuler la production industrielle, les usines étant restées ouvertes ou ayant repris la production plus tôt que d’habitude pour répondre à la demande d’exportation croissante. Mais elle réduit les dépenses en voyages, en restauration et en activités de loisirs.

Les investissements en immobilisations en Chine ont augmenté de 35%, bien en deçà de la projection de 40,9% des économistes de Bloomberg. Étant donné que l’immobilier a été le principal moteur de la croissance des investissements en Chine au cours de l’année écoulée, cela reflète probablement le resserrement du financement par la Chine envers les promoteurs immobiliers.

Les économistes s’attendent à ce que les investissements des fabricants en Chine se renforcent en 2021 après une reprise de leurs bénéfices. Cependant, les chiffres d’investissement inférieurs aux prévisions ont montré que les fabricants sont toujours prudents, a ajouté Bruce Pang.

«Sur le plan intérieur, la reprise déséquilibrée est toujours notable et les bases de la reprise économique ne sont pas encore solides», a déclaré Liu Aihua, porte-parole du BES dans un communiqué.

Le taux de chômage urbain de 5,5% en février est resté supérieur aux niveaux d’avant la pandémie, le taux chez les jeunes est particulièrement élevé et source d’inquiétude.

«Les chiffres des ventes au détail et de la consommation industrielle étaient largement supérieurs aux estimations et montrent qu’il y a de la résilience dans l’économie», a déclaré William Ping, directeur général de Peaceful Investment Co. Ltd à Shenzhen.

«Actuellement, ce qui me préoccupe le plus est de savoir si le pays mettra suffisamment l’accent sur la consommation intérieure à long terme», a ajouté ce dernier à l’agence Bloomberg.

Ainsi, la Chine profite d’un début d’année déséquilibré mais robuste, car son économie est sur la voie pour franchir facilement l’objectif de croissance supérieur à 6% pour 2021. De plus, le soutien budgétaire ne devrait se réduire que progressivement, ce qui devrait maintenir l’économie.

Pour Chang Shu, économiste en chef pour l’Asie chez Bloomberg, « la Chine est toujours la seule grande économie à être sortie de la pandémie après un contrôle précoce du virus, puis une demande mondiale croissante de produits médicaux et d’appareils de travail à domicile. L’économie a augmenté de 2,3% en 2020 et les économistes prévoient une croissance de 8,4% cette année ».

Ce dernier a indiqué que la Chine désormais « vise une croissance plus modeste ‘supérieure à 6%’ en 2021, permettant aux fonctionnaires de se concentrer sur les défis à plus long terme tels que la mise à niveau technologique et la réduction des risques dans le système financier ».