En Chine, les jeunes de la génération 2000 choisissent de se faire tailler les oreilles sur le modèle d’un elfe, a rapporté «Courrier international».

Un phénomène de mode très prisé et partagé sur les réseaux sociaux par la génération née après l’an 2000. La tendance est si forte que les centres de chirurgie esthétique connaissent une croissance fulgurante de la demande, engendrant la création de listes d’attente.

Les jeunes aiment les oreilles pointues, taillées comme celles d’un lutin ou d’un elfe et qui donnent un effet mince et jeune au visage.

Yu Wenlin, chirurgien à Guangzhou spécialisé dans l’otoplastie, a affirmé au Courrier International pratiquer six opérations d’oreilles d’elfes par jour. «Avoir des oreilles plus proéminentes donne un air enfantin», a expliqué ce dernier, pour justifier le phénomène.

Les chirurgiens offrent deux possibilités aux personnes qui souhaitent se faire opérer : la pose d’un implant ou d’un cartilage provenant de l’arrière de l’oreille, ou l’injection d’acide hyaluronique. Une chirurgie qui comporte des risques, car ils donnent souvent des allergies, infections, voire même une nécrose de la peau.

En Chine, le marché de la chirurgie esthétique connaît par ailleurs une très forte croissance. La Chine est «en tête de la croissance mondiale de la chirurgie esthétique», selon le cabinet d’études Deloitte. Le marché est ainsi passé d’environ 64,8 milliards de yuans en 2015 (8,3 milliards d’euros), à près de 177 milliards de yuans en 2019 (22,7 milliards d’euros).

D’ailleurs, auparavant la chirurgie esthétique était utilisée pour trouver ou garder un emploi. Pour cela, il faut être beau ou belle. En Chine, la dictature de la beauté a remplacé celle du prolétariat, et le pays est l’un des principaux consommateurs mondiaux de chirurgie plastique.