La Slovénie rejoint Washington et Londres contre Huawei, en interdisant le géant chinois des télécommunications de ses réseaux 5G.

Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine

Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain, est parvenu à convaincre Janez Jansa, le Premier ministre slovène, dans sa croisade contre le géant chinois Huawei.

Le 13 août, les États-Unis ont obtenu de la Slovénie le rejet de Huawei pour sécuriser son réseau 5G. «J’ai eu le plaisir de signer une déclaration commune avec le ministre (slovène) des Affaires étrangères excluant les vendeurs non fiables des réseaux 5G», a déclaré Mike Pompeo lors d’une visite en Slovénie.

«Le vent tourne contre le parti communiste chinois et ses efforts pour restreindre la liberté», a ajouté le secrétaire d’État américain en conférence de presse à Bled au côté de Janez Jansa.

Le Premier ministre slovène conservateur Janez Jansa a assuré à Washington le soutien de la Slovénie contre la Chine. Ce dernier a dit que son pays est «prêt à s’engager» pour «couronner de succès les efforts américains» afin de contrer la «menace hybride» pesant sur «le monde occidental».

«Nous avons discuté des relations avec la Chine et la Russie. Nous devrions prendre en considération l’intérêt stratégique de nos civilisations, qui ont pour fondement la sécurité, la liberté et la démocratie», a déclaré Janez Jansa.

La déclaration commune n’évoque pas la Chine, mais il y est écrit que «la Slovénie et les États-Unis conviennent d’une mise en place de la 5G […] nécessitant une évaluation approfondie des fournisseurs et […] un engagement strict en faveur de l’État de droit».

Dans un communiqué, Huawei a déploré cette déclaration bilatérale, qui va à l’encontre du «principe de l’UE pour une approche commune dans le domaine de la sécurité cybernétique», selon l’agence de presse slovène STA.

«Nous pensons que ce genre de déclarations ralentira l’introduction de la technologie 5G et la rendra plus coûteuse pour les utilisateurs», a ajouté le géant chinois.

En visite en Europe, l’administration de Donald Trump fait pression sur ses alliés pour qu’ils bannissent les équipements de Huawei, leader mondial de la 5G, accusé par Washington de partager des données avec les services de renseignements chinois.