Le constructeur chinois Geely a débuté le déploiement d’une constellation de satellites en orbite basse, afin d’aider à la navigation de ces voitures autonomes.

Ainsi, le 1er juin, Geely a réussi son premier lancement en orbite terrestre basse de neuf satellites. Le groupe chinois a débuté la construction d’un nouveau réseau spatial pour fournir une navigation plus précise aux véhicules autonomes.

Avec ce lancement, Geely devient le deuxième constructeur automobile à associer ses activités à l’espace, après SpaceX et ses 2 000 satellites en orbite.

Les satellites GeeSAT-1, conçus et fabriqués par Geely, ont été lancés depuis la base de Xichang, dans la province du Sichuan en Chine. Ils seront opérationnels pendant cinq ans et se désintégreront dans l’atmosphère terrestre sans laisser de débris spatiaux, selon l’entreprise.

Alors que SpaceX utilise ses propres fusées pour lancer ses satellites, Geely a utilisé une fusée Long March 2C développée et exploitée par une entreprise d’État chinoise.

Ce nouveau réseau devrait fournir des données de navigation ultra précise aux voitures équipées de terminaux compatibles, afin de compléter les capteurs embarqués des véhicules autonomes.

Geely a annoncé vouloir envoyer 63 autres satellites en orbite d’ici 2025 et arriver à terme à une constellation de 240 satellites. Outre la conduite autonome, le groupe chinois souhaite une panoplie d’outils pour son réseau en orbite terrestre : usines connectées, aide à la gestion urbaine, drones…