Dans un communiqué conjoint publié le 14 mai par les ministres des Affaires étrangères des pays du G7, ont indiqué

« Nous soulignons l’importance de la paix et de la stabilité à travers le détroit de Taïwan et encourageons la résolution pacifique des problèmes à travers le détroit. Nous soutenons également la participation significative de Taïwan aux réunions techniques de l’Assemblée mondiale de la santé et de l’OMS. La communauté internationale doit pouvoir bénéficier de l’expérience de tous les partenaires ».

Le ministère taiwanais des Affaires étrangères a salué le 15 mai le soutien à Taiwan apporté par le communiqué publié la veille par les ministres des Affaires étrangères des pays du Groupe des Sept (G7), ainsi que par le haut représentant de l’Union européenne (UE). Ceux-ci étaient réunis du 12 au 14 mai à Weissenhaus, en Allemagne.

C’est la seconde fois, après une première mention en 2021, que les ministres des Affaires étrangères du G7 apportent leur soutien à Taiwan. Ce nouvel appui intervient quelques jours avant la 75e Assemblée générale de la santé (AMS), l’organe décisionnel de l’OMS, convoquée du 22 au 28 mai à Genève.

« La paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan est désormais un point focal dans la région et autour du monde », a estimé le ministère taiwanais des Affaires étrangères.

Des déclarations similaires ont ainsi été publiées à l’issue du sommet des dirigeants du G7, du sommet Etats-Unis – Union européenne, des consultations ministérielles Japon-Australie au format 2+2 sur les affaires étrangères et de défense, des consultations ministérielles politico-militaires France-Australie au format 2+2, du sommet UE-Japon et des consultations entre le secrétaire général du Service européen pour l’action extérieure, Stefano Sannino, et la secrétaire d’État adjointe américaine, Wendy Sherman.

En tant que pays de l’Info-Pacifique responsable, Taiwan continuera à travailler avec des partenaires animés du même esprit tels que le G7 pour approfondir la collaboration sur la base des principes démocratiques partagés, pour renforcer la résilience de l’alliance démocratique globale, et pour assurer la paix, la stabilité et la prospérité régionales ainsi que la sécurité sanitaire après la pandémie, a ajouté le ministère taiwanais.

De son côté, Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a indiqué que « la Chine a exhorté lundi le groupe des sept (G7) à cesser de diffamer la Chine et de s’ingérer dans ses affaires intérieures ».

Le communiqué se compose de plusieurs articles reliés à la Chine dont Hong Kong, le Xinjiang, les droits de l’homme, les dossiers maritimes, la situation en Ukraine, la paix et la stabilité à travers le détroit de Taiwan, etc.

« Les positions de la Chine sur les questions liées à Hong Kong, au Xinjiang et à Taiwan, ainsi qu’aux dossiers maritimes, sont constantes et claires », a déclaré Zhao Lijian, ajoutant que la Chine avait exprimé sa forte opposition à la présidence du G7.

« Ce communiqué fastidieux du G7 est plein d’accusations ridicules qui ne méritent pas d’être réfutées. Ignorant totalement la position solennelle de la Chine et les faits objectifs, il s’ingère brutalement dans les affaires intérieures de la Chine, diffame et dénigre malicieusement la Chine et exerce une nouvelle fois une pression sur la Chine en utilisant des prétextes comme le conflit Russie-Ukraine », a indiqué le porte-parole de la diplomatie chinoise.

La Chine exhorte le G7 à soutenir le système international centré sur les Nations unies, l’ordre international sur la base du droit international, et les normes fondamentales régissant les relations internationales basées sur les objectifs et les principes de la Charte de l’ONU, a indiqué.

Il a appelé le G7 à respecter la souveraineté de la Chine, et à cesser de diffamer la Chine et de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous quelque forme que ce soit.

« Nous exhortons le G7 à agir conformément à l’intérêt de la paix et du développement du monde, à cesser d’appliquer le deux poids deux mesures ou multiples critères, à arrêter d’envoyer des avions et des navires militaires aux portes d’autres pays pour montrer ses muscles à volonté, à cesser de lancer des révolutions de couleur dans d’autres pays, à cesser de recourir arbitrairement à des sanctions illégales ou à une juridiction à long bras, et à cesser de fabriquer et de répandre des mensonges et des rumeurs à l’encontre de la Chine », a déclaré le porte-parole.