Le groupe chinois Ant Group a déclaré le 7 janvier 2023 son intention d’ajuster sa structure d’actionnariat afin que son fondateur milliardaire Jack Ma ne détienne plus le contrôle du géant de la fintech.

Le fondateur et ancien patron du géant chinois de l’e-commerce Alibaba, Jack Ma, va céder le contrôle de l’entreprise fintech Ant Group dans le cadre d’une restructuration. Cette décision intervient après la reprise en main du secteur de la tech par le gouvernement, dans le but de rompre avec les monopoles et assurer une équité sur le marché.

Jack Ma, l’un des hommes d’affaires les plus célèbres de Chine, a été le symbole du « self-made man » pour une génération de magnats chinois de la technologie, grâce notamment à son parcours personnel atypique et son sens du spectacle.

Cependant l’ancien professeur d’anglais s’est attiré les foudres du gouvernement lorsqu’il a critiqué les régulateurs chinois. Il s’est par la suite retiré de la scène publique, notamment après que Pékin a fait barrage au projet d’introduction à la bourse de Hong Kong de Ant Group en 2020.

Ant Group a annoncé dans un communiqué qu’elle ajustait sa structure de propriété afin qu‘ »aucun actionnaire, seul ou conjointement avec d’autres parties, n’ait le contrôle de Ant Group ».

Le communiqué a dévoilé l’ancienne structure de la société, qui permettait à Jack Ma de contrôler « indirectement » 53,46% des actions. Or avec la nouvelle structure, il ne détiendra plus que 6,2% des droits de vote après l’ajustement, selon les informations contenues dans la déclaration.

« Cet ajustement est mis en œuvre pour renforcer encore la stabilité de notre structure d’entreprise et la durabilité de notre développement à long terme ». Dix personnes – dont le fondateur, la direction et le personnel – « exerceront leurs droits de vote de manière indépendante », a précisé la société. De plus, l’ajustement ne modifiera pas les intérêts économiques des actionnaires, a souligné ANt Group.

L’introduction en bourse prévue par Ant Group aurait été un record mondial à l’époque, mais son retrait a été préjudiciable car il est intervenu alors que les autres intérêts commerciaux de Jack Ma faisaient l’objet d’un examen officiel par les régulateurs.

Pékin a également infligé à Alibaba une amende record de 2,75 milliards de dollars pour pratiques déloyales présumées.

Lire aussi : Alibaba écope d’une amende monstre pour pratiques monopolistiques

Les autorités ont déclaré en décembre 2022 que Ant Group avait obtenu l’autorisation de lever 10,5 milliards de yuans (1,5 milliard de dollars) pour sa branche de crédit à la consommation.

La société pourra donc prochainement porter son capital social de huit milliards de yuans à 18,5 milliards de yuans, selon un avis publié le 30 décembre.

Toutefois, en novembre 2022, il était annoncé une amende de plus d’un milliard de dollars de la part de la Banque populaire de Chine après deux années de refonte réglementaire de la société.

La banque centrale a eu des discussions informelles avec Ant concernant l’amende, qui serait liée à « l’expansion désordonnée du capital » de la société et aux risques correspondants, a déclaré l’une des sources à Reuters.

La banque centrale prévoit également de s’entretenir avec d’autres régulateurs au sujet de la restructuration de Ant, et envisage d’annoncer l’amende dès le deuxième trimestre de l’année prochaine, selon le rapport. L’amende pourrait ouvrir la porte à Ant Group pour obtenir une licence de société de portefeuille financier.