Alibaba était accusé d’exiger l’exclusivité des commerçants sur sa plateforme, monopolisant ainsi le marché. Après plusieurs mois d’enquête, la Chine a infligé une amende à Alibaba représentant 4% de son chiffre d’affaires en 2019.

La Chine a infligé au géant de l’e-commerce Alibaba une amende géante de 18,2 milliards de yuans (2,78 milliards de dollars) pour abus de position dominante, selon les médias en Chine. Cette amende fait suite à une enquête menée contre Alibaba en décembre 2020, selon l’agence de presse, Xinhua.

En effet, l’Administration d’État chinoise pour la régulation du marché a imposé cette  sanction administrative au groupe Alibaba pour conduite monopolistique visant à mettre en œuvre un «accord d’exclusivité».

La sanction a été imposée sur la base de la loi chinoise contre les monopoles, suite à une enquête approfondie et des preuves recueillies auprès du groupe Alibaba et d’autres plates-formes et entreprises concurrentielles.

L’administration a également entendu à plusieurs reprises des déclarations d’Alibaba pour garantir les droits légaux de l’entreprise. Selon l’enquête, la conduite d’Alibaba consistant à mettre en œuvre un « accord d’exclusivité » entrave la concurrence sur le marché chinois des services impliquant des plateformes de vente au détail en ligne.

Cette pratique entrave également  la libre circulation des marchandises, des services et des ressources, et porte atteinte aux droits et intérêts légitimes des commerçants sur la plateforme en ainsi que les intérêts des consommateurs, selon l’administration.

Lire aussi : La Chine demande à Alibaba de se désengager des médias

«Depuis 2015, Alibaba a abusé de sa position dominante sur le marché en interdisant aux commerçants de sa plateforme d’ouvrir des magasins ou de participer à des activités promotionnelles sur d’autres plateformes concurrentes», a affirmé l’administration.

Alibaba «a également utilisé les forces du marché, les règles de la plate-forme, les données, les algorithmes et d’autres moyens techniques pour assurer la mise en œuvre du « contrat d’exclusivité », selon elle.

Outre la sanction financière, l’administration a émis des directives administratives à l’intention d’Alibaba, l’obligeant à procéder à une rectification complète et à soumettre des rapports d’auto-inspection à l’administration pendant trois années consécutives.

«Nous acceptons sincèrement cette sanction et nous nous y conformerons fermement», a brièvement réagi Alibaba dans une déclaration sur les réseaux. Le groupe s’est également engagé à mettre ses activités en conformité avec la réglementation «et à mieux assumer» ses «responsabilités sociales.»