De notre stagiaire Alima Danfakha – La stratégie préconisant, dans de nombreuses villes de Chine, à la population de passer le réveillon du Nouvel An « sur place » cette année, a eu des impacts différents sur les différentes industries et régions.

Cette analyse a été développé lors d’une conférence de presse organisée le 15 mars par la directrice du Département des Statistiques Économique et porte-parole du Bureau National des Statistiques, Liu Aihua.

Cette dernière a expliqué que ce Nouvel An « sur place » avait eu un effet stimulant sur la production industrielle. En effet, la population a été appelé à ne pas retourner dans les villes et villages, où se trouvent la famille, pour éviter de nouvelles contaminations au Covid-19.

D’après une enquête menée par le Bureau des Statistiques, durant le Nouvel An chinois, la période de vacances des employés des entreprises industrielles a été ramenée à 7,5 jours, ce qui est plus court que les années précédentes.

Ce congé plus court a entraîné un taux élevé d’employés retournant au travail après les vacances plus élevé et un temps de démarrage relativement plus long, ce qui a joué un rôle dans la stimulation de la production industrielle.

Le Nouvel An « sur place » a aussi pu avoir un effet dissuasif sur le secteur des services, comme dans le domaine des transport pour les voyages de longue distance, etc. Ainsi, l’impact du Nouvel An « sur place » est différent sur l’industrie et les services.

Le Nouvel An « sur place » a également eu des impacts différents dans les différents domaines de la consommation. D’après les résultats du suivi, l’impact du Nouvel An sur le secteur du divertissement, comme les recettes des salles de cinéma, est relativement élevé et a contribué à stimuler la consommation urbaine.

Ce phénomène est aussi constaté au niveau du commerce en ligne, les populations ne pouvant pas rentrer chez elles pour le Nouvel An, elles ont pu acheter des cadeaux pour leurs proches grâce aux plateformes en ligne, ce qui a également stimulé l’industrie de la livraison express.

Liu Aihua a souligné que les effets du réveillon « sur place » se reflétaient également dans l’évolution des marchés urbains et ruraux. Par exemple, de janvier à février, le total des ventes au détail de biens de consommation dans les zones urbaines a augmenté en moyenne de 3,4% en deux ans, tandis que le total des ventes au détail de biens de consommation dans les zones rurales a augmenté en moyenne de 1,3% en deux ans. Cela montre que la consommation urbaine est plus rapide que la consommation rurale.

«Au cours des deux dernières années, la consommation sur le marché rural a été plus rapide que celle des villes. Cette année, sous l’influence de la politique du Nouvel An « sur place », la consommation dans les villes a été plus rapide que celle des villages», a déclaré Liu Aihua.