lundi, juillet 22

Les Philippines promettent de supprimer toute barrière de la Chine sur un récif disputé

Les garde-côtes philippins se sont engagés le 6 octobre à « faire tout ce qui est en leur pouvoir » pour supprimer toute barrière flottante installée par la Chine sur un récif de la mer de Chine méridionale que se disputent Pékin et Manille.

Cette mise en garde intervient après une inspection aérienne qui a confirmé le retrait d’une barrière de 300 mètres qui avait été placée sur le récif de Scarborough par les autorités chinoises et avait déclenché des tensions entre les deux pays.

« Dans les prochains mois, si jamais cette barrière est à nouveau en place, les garde-côtes philippins feront tout ce qu’il faut pour la retirer », a déclaré aux journalistes un porte-parole des garde-côtes philippins, Jay Tarriela.

Des journalistes de l’AFP qui se trouvaient à bord d’un avion du Bureau de la pêche et des ressources aquatiques philippin lors du survol du récif contrôlé par la Chine ont constaté que l’accès au lagon très riche en poissons était débloqué.

La barrière flottante avait été découverte à l’entrée du récif la semaine dernière lors d’une mission de réapprovisionnement des pêcheurs philippins organisée par Manille.

Dans une opération commandée par le président Ferdinand Marcos, les garde-côtes philippins ont coupé une corde attachant la barrière à une ancre, la laissant dériver.

Le président Ferdinand Marcos a indiqué le 6 octobre, dans ses premières déclarations sur cet incident, que son gouvernement « ne cherchait pas les ennuis ». Mais il a insisté qu’il « continuerait à défendre les Philippines, le territoire maritime du pays, les droits de ses pêcheurs à exercer leur métier dans les zones où ils pêchent depuis des centaines d’années ».

La Chine a averti Manille de ne pas « semer le trouble » après cet incident qui a déclenché des échanges tendus entre les deux pays. Les garde-côtes chinois ont expliqué avoir déployé la ligne de bouées après « l’intrusion d’un navire philippin dans le lagon ».

« L’opération sur place était professionnelle et standard, légitime et rationnelle », a déclaré le porte-parole Gan Yu dans un communiqué.

La Chine, qui revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, s’est emparée du récif de Scarborough aux dépens des Philippines en 2012. Depuis, la Chine a déployé des navires qui, selon Manille, harcèlent les navires philippins et empêchent les pêcheurs d’atteindre le lagon où le poisson est plus abondant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *