La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que l’étiquette de « diplomatie de la coercition » convient mieux aux États-Unis qu’à la Chine.

Hua Chunying, porte parole du Ministère des affaires étrangères

« La communauté internationale sait trop bien qui brandit les bâtons des sanctions, poursuit sa juridiction au bras long et contraint d’autres pays. La Chine ne cherche pas à une guerre commerciale, à la détention illégale de citoyens étrangers ou à une répression gratuite contre les entreprises étrangères », a-t-elle déclaré.

Hua Chunying a réagit au récent dialogue stratégique de haut niveau sino-américain, au cours duquel les États-Unis ont mentionné à plusieurs reprises la coercition économique et militaire de la Chine contre les alliés américains.

Lire aussi : La Chine et les Etats-Unis se rencontrent pour évoquer leurs désaccords

La Chine a apporté des réponses fermes aux soi-disant questions des «alliés» et de la «coercition» lors du dialogue, a indiqué la porte-parole, ajoutant que « les États-Unis et certains de leurs prétendus alliés ne peuvent pas représenter la communauté internationale ».

« Le fait est que l’écrasante majorité des pays ne considère pas les États-Unis comme la communauté internationale, ses valeurs comme des valeurs internationales ou son opinion comme une opinion internationale. Ils ne reconnaissent pas les règles établies par un petit nombre de pays comme des règles internationales », a-t-elle déclaré.

Hua Chunying a aussi mit en exergue qu’il y avait des problèmes et des positions différentes entre la Chine et les États-Unis et ses alliés, dont l’Australie, et « les tenants et aboutissants de ces problèmes sont parfaitement clairs ».

Lire aussi : Chute record des investissements de la Chine en Australie

« La tentative de former une clique pour faire pression et faire chanter la Chine, voire intimider la Chine en vertu de quelqu’un d’autre ne fonctionnera pas », a-t-elle déclaré.

« Nous espérons que les États-Unis pourront montrer la confiance et l’attitude d’un grand pays et cesser de contraindre d’autres pays à choisir leur camp et à s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et à saper les intérêts de la Chine », a-t-elle déclaré.