Le dernier rapport d’Oxfam « Recherche sur le travail occasionnel à faible revenu à Hong Kong » révèle que plus de 80% des travailleurs occasionnels interrogés n’avaient pas accès à la protection du travail et détenaient des revenus très faible

Dans un communiqué, l’organisation exhorte le gouvernement à reprendre l’examen de l’Ordonnance sur l’emploi pour protéger les travailleurs occasionnels et à mettre fin à la pauvreté active et la pauvreté chez les femmes.

Le Département du recensement et des statistiques a récemment annoncé que le Coefficient de Gini a augmenté de 0,002 à 0,539, contre 0,537 en 2011, ce qui représente une augmentation des inégalités entre les riches et les pauvres. Ce coefficient demeure l’un des plus élevés parmi les économies développées.

Selon le rapport thématique du Département du recensement et des statistiques (« Distribution du revenu des ménages à Hong Kong »), les 10% les plus riches des ménages de la ville gagnent près de 44 fois plus que les 10 pour cent les plus pauvres. Ce rapport met en évidence une main-d’œuvre de plus en plus fragmentée, laissant de nombreux travailleurs vulnérables.

Selon l’Ordonnance sur l’emploi de Hong Kong, un employé qui a travaillé en temps partiels pour le même employeur pendant 4 semaines ou plus et qui a travaillé au moins 18 heures par semaine, est considéré comme quelqu’un qui travaille dans le cadre d’un contrat continu. Il a donc des droits tels que les jours de repos, les congés annuels payés et l’indemnité de maladie, les indemnités de départ et le paiement prolongé, etc.

L’ordonnance date de 1968, mais n’a apporté aucun amendement, ni information complémentaire n’a été fournie sur la protection des employés dans le cadre de « contrats non continus ». La loi sur le travail est obsolète car elle présente des lacunes et ne fournit pas aux employés une protection adéquate ne parvenant pas à faire face aux changements structurels du marché du travail.

Selon les données du recensement, près de 150 000 personnes étaient des travailleurs occasionnels qui ont entrepris ce type de « contrat non continu » (ou « non 4.18 ») dans le secteur privé, soit 16,4% qu’en 2001.

Le « Rapport sur la situation de la pauvreté à Hong Kong » précise que parmi les populations pauvres économiquement actives, les personnes travaillant à temps partiel sont passées de 13,6% en 2012 à 19,2% en 2015. Cette augmentation de près de 6 points de pourcentage reflète la façon, dont la fragmentation de la main-d’œuvre et la pauvreté sont étroitement liées.

Pour mieux comprendre les défis auxquels sont confrontés ces travailleurs, Oxfam a commandé un sondage auprès de « Politique 21 » sur les travailleurs occasionnels qui ne sont pas employés dans le cadre d’un contrat continu et dont le revenu familial dépasse 70% du revenu moyen du ménage à Hong Kong.

Sur les 368 interrogés, 73% étaient des femmes, 26% étaient âgés de 18 à 30 ans et 47% étaient âgés de 30 à 50 ans. En ce qui concerne la taille du ménage, 36,7% vivaient dans des ménages à trois personnes, tandis que 37,8 par personne Cent vivaient dans des ménages à quatre personnes. Parmi les répondants, 72,6% des femmes mariées ont déclaré que s’occuper de leur famille était la principale raison pour laquelle ils ont entrepris un travail décontracté.

Vue nord de Hong Kong

« La recherche a montré que les femmes issues de ménages à faible revenu ont des choix de carrière limités car beaucoup d’entre eux sont responsables de s’occuper de leur famille. Avec le manque d’offre d’emploi occasionnel de protection du travail, les familles pauvres ne peuvent pas sortir de la pauvreté », a déclaré le directeur du programme Oxfam de Hong Kong, Wong Shek.

91,1% des répondants ont indiqué qu’ils prenaient un contrat de travail non continu, la plupart d’entre eux sont serveur, plongeur, vendeur, aide ménager. 20,4% des répondants travaillent 20 jours ou plus par mois, ce qui est égal à celui des travailleurs à temps plein.

Cependant, ils n’avaient pas les mêmes droits ou avantages que ceux qui sont employés à temps plein. Ils ont un revenu mensuel moyen de 3’936 dollars hongkongais, tandis que le revenu familial moyen était de 16’590 dollars hongkongais. Alors qu’en moyenne, le revenu des répondants représentait 29% du revenu de leur ménage.

Plus de 80% des travailleurs occasionnels interrogés n’ont pas le droit au congé maladie, au paiement du salaire en lieu et place du préavis, aux congés fériés, à l’indemnité maladie, aux congés annuels, au paiement prolongé, à l’indemnité de départ ou au paiement de fin d’année.

78% des répondants ont déclaré qu’ils n’étaient pas couverts par une assurance-salaire pour les employés. En fait, seulement 24% des répondants étaient inscrits dans un régime de MPF malgré le fait que leur durée de travail dépasse l’exigence de 60 jours. D’après les travailleurs occasionnels interrogés, ils ont été forcés de prétendre qu’ils étaient des travailleurs autonomes.

76,5% des répondants n’ont pas signé de contrats écrits avec leurs employeurs, certains d’entre eux n’étaient pas clairs quant aux conditions contractuelles, ce qui a rendu difficile la protection des droits de ces travailleurs.

En ce qui concerne l’allocation familiale ouvrière à faible revenu (LIFA), 135 répondants – dont le revenu du ménage était inférieur à 60% du revenu moyen du ménage – étaient admissibles.

66,3% de ces répondants ont déclaré qu’ils connaissaient le LIFA, seulement 20,4% ont indiqué qu’ils en feraient la demande, 37% ont exprimé qu’ils ne s’appliqueraient pas parce que les procédures de demande étaient trop compliquées.

Face à de tels résultats, Oxfam propose que le Bureau du travail et du bien-être social et le Comité sur la main-d’œuvre du Conseil législatif demandent au Conseil consultatif du travail de reprendre son examen de la règle « 4.18 ».

Conseil législatif de Hong Kong, appelé Legco

L’ONG préconise que la règle devrait être assouplie, afin que les employés qui travaillent 72 heures par mois puissent également être protégés en vertu de l’Ordonnance sur l’emploi. Le gouvernement devrait également étudier les pratiques au Japon, à Singapour et à Taiwan, où ils calculent la protection du travail proportionnée au temps de travail des employés.

Ensuite, Oxfam suggère au gouvernement de simplifier les procédures de demande LIFA. Oxfam suggère que la documentation à l’appui ne devrait être exigée que lorsque le demandeur la demande pour la première fois et que la preuve des heures de travail et du revenu ne devrait pas être requise si son salaire et ses heures de travail demeurent inchangées au cours des six mois suivants.

En outre, le gouvernement devrait fournir plus de soutien aux demandeurs de LIFA. Par exemple, il peut fournir un formulaire de demande remplissant l’assistance en dehors des heures de bureau et le suivi des demandes.

Enfin, Oxfam exhorte le gouvernement à améliorer l’éducation des employeurs et des employés et rappelle aux employés de comprendre comment ils sont protégés par l’Ordonnance sur l’emploi. Ils devraient également demander à leurs employeurs la protection de l’emploi lorsqu’ils cherchent un emploi afin qu’ils ne soient pas forcés de se revendiquer « travailleurs autonomes » et que leurs droits au travail puissent être correctement protégés.

En outre, le Département du travail devrait intensifier les inspections des entreprises et poursuivre les employeurs qui ne fournissent pas à leur personnel une couverture suffisante par l’intermédiaire d’une assurance contre les accidents du travail ou d’inscrire les employés admissibles dans un régime MPF. Les employeurs devraient également être sensibilisés à l’importance de suivre l’Ordonnance sur l’emploi afin qu’ils n’utilisent pas leurs employés.

« Ceux qui travaillent comme travailleurs occasionnels – qu’ils choisissent ou non d’entreprendre ce type de travail – devraient être protégés de manière adéquate par les lois du travail. Au moment où le nouveau CE et les fonctionnaires du gouvernement prennent leurs fonctions, Oxfam exhorte le gouvernement à modifier les politiques du travail existantes. Cela permettrait au marché du travail de Hong Kong de devenir une économie humaine qui récompense ceux qui travaillent dur », a déclaré Kalina Tsang, responsable du programme Hongfong, Macao et Taiwan de Oxfam.