La République de Chine conserve sa 25ème place sur le plan global et la première place en Asie de l’Est et du Sud-Est dans le Rapport mondial sur le bonheur 2020, publié par le Réseau de solutions pour le développement durable des Nations Unies.

Avec un score de 6,455 sur 10, Taïwan poursuit sa progression et se classe troisième en Asie derrière Israël (14e) et les Émirats arabes unis (21e), et devant Singapour (31e), les Philippines (52e) la Thaïlande (54e), la Corée du Sud (61e), le Japon (62e) et la Chine (94e).

Selon l’enquête, le pays le plus heureux du monde pour la troisième année consécutive est la Finlande, suivie du Danemark, de la Suisse, de l’Islande et de la Norvège, dans cet ordre. Au bas du classement, on retrouve la République centrafricaine, le Rwanda, le Zimbabwe, le Soudan du Sud et l’Afghanistan.

Le rapport passe en revue 153 pays et territoires à travers le monde grâce à des indicateurs socio-économiques et à une enquête annuelle de satisfaction auprès d’environ 1000 habitants réalisée entre 2017 et 2019.

Les niveaux de satisfaction sont évalués en se basant sur six indicateurs principaux : les revenus, l’espérance de vie en bonne santé, la liberté, le soutien social, la bonne gouvernance et la générosité. Lancé en 2012, le Rapport mondial sur le bonheur a vu Taïwan passer de la 46e à la 25e place mondiale.

Cette année, l’étude met l’accent sur l’influence des environnements naturels, urbains et sociaux sur le bonheur. Dans un examen séparé de 186 aires urbaines à travers le monde effectué sur la base d’enquêtes conduites entre 2014 et 2018, Helsinki prend la première place mondiale, alors que Taipei est en 47ème position.

Sur Twitter, le ministère des Affaires étrangères s’est félicité de la bonne performance de Taïwan, non sans interpeller le Réseau de solutions pour le développement durable des Nations Unies au sujet de l’appellation de Taïwan retenue dans l’étude : «Vous voulez savoir comment rendre Taïwan encore plus heureux ? Appelez-le par son vrai nom!»