mercredi, juillet 24

Reprise de l’économie chinoise en août

Le gouvernement a multiplié ces dernières semaines les annonces d’avantages fiscaux à destination des ménages et entreprises pour soutenir la consommation. Plusieurs mesures ont été lancé afin de relancer l’économie du pays.

Toutefois, l’activité reste pénalisée par le ralentissement économique mondial qui pèse sur la demande en biens en Chine et donc les exportations. Mais l’économie chinoise est surtout ralentie par la crise immobilière sans précédent dans le pays

La Chine a publié le 15 septembre une série d’indicateurs économiques meilleurs qu’estimé par les économiques au cours du mois d’août, après des mesures de soutien ciblées de Pékin pour stimuler la croissance dans la deuxième économie mondiale.

Les ventes au détail, principal indicateur de la consommation des ménages, ont progressé le mois dernier de 4,6% sur un an, selon des chiffres officiels du Bureau national des statistiques (BNS). Des analystes sondés par l’agence Bloomberg s’attendaient à une accélération plus modérée (3%), après une hausse de 2,5% en juillet de cet indice très suivi par les marchés. Il s’agit de sa première accélération depuis juin et de sa plus forte progression depuis mai.

Pour relancer le secteur immobilier, plusieurs grandes villes dont Pékin et Shanghai ont assoupli leurs critères pour bénéficier d’un prêt hypothécaire, tandis que les primo-accédants ont obtenu la renégociation des taux de leurs prêts.

Aucun résultat n’est probant pour le moment. Les prix de l’immobilier ont de nouveau reculé sur un mois en Chine en août. 52 villes sur un panel de référence qui en compte 70 sont désormais touchées par cette baisse, contre 49 en juillet et 38 en juin, selon les chiffres du BNS.

De son côté, la production industrielle a fortement accéléré en août (+4,5% sur un an). Ce rythme est bien plus rapide qu’en juillet (3,7%) et supérieur aux anticipations d’analystes (3,9%).

Le taux de chômage a légèrement diminué en août en Chine pour l’ensemble de la population active pour atteindre 5,2%, selon des chiffres officiels qui ne mentionnent plus le taux pour les 16-24 ans après un record en juin (21,3%). En Chine, le taux de chômage est calculé pour les seules zones urbaines et ne dresse par conséquent qu’un tableau partiel de la situation.

Enfin, l’investissement en capital fixe a ralenti à 3,2% sur un an sur les huit premiers mois de l’année. Il s’agit du quatrième mois de tassement de cet indicateur qui est le reflet des dépenses consacrées à l’immobilier, aux infrastructures, aux équipements ou encore aux machines, des secteurs sur lesquels le gouvernement s’est appuyé dans le passé pour stimuler l’activité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *