D’après l’Académie chinoise du tourisme et l’agence de voyage en ligne Ctrip, les touristes chinois ont effectué au cours de l’année 2017, 130 millions de voyages à l’étranger, dépensant un montant total de 115 milliards de dollars (95 milliards d’euros).

Ainsi, le nombre de voyage à l’étranger a augmenté de 7% sur un an, à l’instar du  montant des dépenses, qui a cru de 5%. Bien que le voyage en groupe accompagné reste est privilégié par de nombreux chinois, le voyage indépendant gagne en popularité, note le rapport des deux structures.

Selon l’Organisation mondiale du Tourisme des Nations unies, la Chine est considérée comme le marché touristique ayant connu le développement le plus rapide au monde, et il devrait jouer un rôle clé dans le développement mondial du secteur.

A tel point que lors d’une conférence internationale intitulée « Tourisme et croissance économique »,  le 13 février 2018, les responsables du secteur dans l’Union européenne ont souhaité attirer davantage de touristes chinois dans les pays du bloc afin de stimuler la croissance économique locale.

Cette volonté devrait être appuyée par l’approfondissement de la coopération touristique entre la Chine et l’Union européenne (UE), et notamment avec le lancement de l’Année du tourisme UE-Chine.

Elzbieta Bienkowska, commissaire européenne chargée du marché intérieur, de l’industrie, de l’entrepreneuriat et des PME, a expliqué aux participants de cette conférence que Bruxelles souhaite « encourager plus d’Européens et plus de Chinois à visiter, découvrir et apprécier les lieux, les cultures et les traditions de chacun », ajoutant qu’elle espérait une augmentation durable de 10% des visiteurs chinois dans l’UE.

« Cela signifierait au moins un milliard d’euros par an pour l’économie de l’UE », a souligné cette dernière, qui tient à attirer davantage de touristes chinois vers des destinations moins connues et à voyager en dehors de la haute saison.

Pour l’ambassadeur de Chine en Bulgarie, Zhang Haizhou, l’Année du tourisme Chine-UE est le reflet de « l’aspiration commune des deux parties à renforcer les échanges de personnes et à élargir la coopération dans le tourisme et les secteurs connexes ».