Le Quotidien du peuple et le Global Times ont assuré dans plusieurs articles publiés depuis 25 février que la réforme de la Constitution, visant à supprimer la limitation du nombre de mandats du président et vice-président, ne signifie pas qu’ils resteront en place à vie.

L’amendement à la Constitution proposé le 25 février doit être adopté lors de la session annuelle du parlement, qui se réunit le 5 mars 2018.  Pour le Quotidien du peuple, la suppression du nombre de mandats présidentiels est une « décision importante ».

« Cet amendement ne signifie pas que l’on change le système de départ à la retraite pour les dirigeants du parti et du pays; cela ne signifie pas non plus que les hauts responsables resteront en place à vie », a précisé le journal.

De son côté, le journal Global Times a expliqué que ces nouveaux amendements entrent dans le cadre de la « Nouvelle ère » mise en avant par Xi Jinping, dans son rapport lors du 19ème congrès du PCC, en octobre 2017.

D’ailleurs, le quotidien conservateur proche du pouvoir a assuré que « le changement ne signifie pas que le président chinois aura un mandat à vie. Depuis la réforme et l’ouverture, la Chine, dirigée par le PCC, a réussi et continuera de réussir à résoudre les changements de pouvoir du PCC et de la manière constante et ordonnée ».

Le Quotidien du peuple, de son côté, a expliqué qu’une modification de la Constitution du pays est un moyen d’affirmer clairement que les dirigeants ne peuvent conserver leurs fonctions indéfiniment. D’ailleurs, une règle implicite du parti bloque les avancements de tous les hauts responsables ayant plus de 68 ans.

Or cette règle tacite pourrait être dérogée car un proche allié de Xi Jinping, Wang Qishan, a récemment quitté le comité permanent, car il avait atteint l’âge de 69 ans. Il devrait être nommé vice-président du parlement, afin de négocier avec l’administration américaine.

Si la décision de sa nomination est prise, cela fixera un précédent pour Xi Jinping, aujourd’hui âgé de 64 ans. En effet, ce dernier devrait pouvoir rester au pouvoir lorsqu’il aura atteint l’âge habituellement considéré comme celui de la retraite : 68 ans.

Les changements constitutionnels s’expliquent simplement pour le Global Times. Le quotidien conservateurs a ainsi expliqué que l’équipe menée par Xi Jinping à approfondit

« les réformes de manière globale et magnifique. En plus de punir strictement la corruption et de promouvoir de manière globale la primauté du droit, il a également résolument encouragé la restructuration économique et la modernisation en Chine tout en prenant de nombreux risques pendant le processus. On peut faire valoir que l’équipe dirigeante actuelle de la Chine est progressiste et ambitieuse avec des objectifs clairs et la volonté d’assumer des responsabilités. Ils veulent faire des contributions à cette nation qui peut résister à l’épreuve du temps ».

Un point de vue partagé par le Global Times, qui a assuré que cette proposition du comité central « a encore une fois démontré le leadership du PCC dans le processus législatif. Depuis que la Constitution a été promulguée en 1982, le Comité central du PCC a apporté cinq amendements pour rendre la loi fondamentale plus pertinente et aider à sa mise en œuvre ».

Xi Jinping, président à vie ?