L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a préparé tous les scénarios possible face à un virus qui «a un potentiel pandémique». D’ici l’annonce d’une pandémie, l’OMS considère ce Covid-19 comme l’un des plus grands défis auxquels elle est confrontée : le partage des infos.

«Trop de pays touchés ne partagent toujours pas les données avec l’OMS. L’OMS ne peut pas fournir de conseils de santé publique appropriés sans données ventilées et listes de lignes détaillées», a regretté le Dr Tedros.

Ce dernier a demandé «instamment à tous les pays de partager immédiatement leurs données avec l’OMS». Car l’objectif est de recenses tous les cas existants dans le monde, afin de contenir le virus. De plus, tous les gouvernements, qu’ils aient des cas ou non, doivent se préparer à une éventuelle pandémie.

Cette première mesure vise à ce que chaque pays soit prêt à détecter rapidement les cas, à isoler les patients, à rechercher les contacts, à fournir des soins cliniques de qualité, à prévenir les flambées dans les hôpitaux et à empêcher la transmission à la communauté.

Ensuite, l’agence onusienne incite les communautés à protéger les personnes les plus exposées aux maladies graves, en particulier les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents (cardiaque, pulmonaire, …).

Enfin, l’OMS entend protéger les pays les plus vulnérables, comme les pays africains, en faisant tout son possible pour contenir les épidémies dans les pays qui en ont la capacité.