Dans son rapport, Credit Suisse analyse notamment le cas de la Chine, confrontée à une population vieillissante et à une forte croissance du secteur des services de santé.

Difficultés d’accès aux services médicaux

L’accès aux soins se fait actuellement difficilement en Chine. Au-delà du problème de vieillissement et des pathologies liées, les personnes en âge de travailler sont elles aussi en mauvaise santé et souffrent notamment de symptômes tels que des nausées ou de fatigue chronique mais sans que ceux-ci ne soient forcément liés à des maladies facilement diagnosticables.

Ceci constitue un problème majeur puisque, en 2009, 76% des employés de bureau des grandes villes étaient considérés comme étant en mauvaise santé.

Contrairement à d’autres pays, il n’existe aucun système de soins médicaux de base en Chine. Pour tout besoin médical, les patients se rendent directement à l’hôpital et demandent l’avis d’un spécialiste (au lieu de pouvoir se rendre chez un généraliste qui pourrait prescrire le bon traitement ou référer le patient à un spécialiste), même s’il s’agit d’un simple mal de tête.

Ce phénomène aggrave la pénurie de médecins ainsi que les coûts du système de santé chinois. Les médecins sont en effet dans une situation de sous-effectif, la Chine ne disposant que de 18 médecins pour 10 000 habitants quand des pays comme la Suisse et l’Allemagne en disposent de 42.

Ping An, Tencent, Alibaba : les géants de la tech bientôt géants de la santé ?

Dans ce contexte de besoins médicaux croissants de la population chinoise, les géants de la tech chinoise mettent en place leurs propres systèmes de santé en s’appuyant sur les nouvelles technologies comme la blockchain, l’IA et la biométrie.

Le développement de services de consultation en ligne, assistés par l’IA, permet ainsi de réduire le temps d’attente des patients tandis que la télémédecine fournit des soins dans les déserts médicaux, et plus particulièrement dans les zones rurales les plus reculées.

L’assureur chinois Ping An, l’une des plus grandes compagnies d’assureur au monde (1 082 milliards yuans de chiffres d’affaires), a par exemple développé un système de santé centré sur portail « Ping An Good Doctor App ». Les patients y entrent leurs symptômes et un système d’intelligence artificielle établit un pré-diagnostic, par la suite vérifié par un médecin qui décide des démarches à suivre. Ces différentes éléments sont enregistrés et intégrés au système d’apprentissage automatique pour que l’IA améliore ses diagnostics et ses prédictions afin de traiter à termes les patients sans intervention humaine.

Le portail en ligne de Ping compte plus de 265 millions d’utilisateurs dans 257 villes et s’appuie sur la collaboration d’approximativement 3 000 hôpitaux, plus de 1 000 experts médicaux et 5 000 médecins externes.

Tencent, géant spécialisée dans les services internet et mobiles (313 milliards yuans de chiffres d’affaires en 2018), propose un modèle similaire avec sa plate-forme « The Tencent Doctor-work » où 10 millions de patients sont mis en relation avec 440 000 docteurs certifiés et 30 000 hôpitaux.

Enfin, Alibaba propose un système de santé afin de permettre à ses clients d’atteindre « la santé et le bonheur ». Au-delà de son système de santé, Alibaba propose des produits encourageant le bien-être et un mode de vie sain via sa plateforme de commerce électronique.

Le rapport se penche notamment sur :

  • l’impact de l’intelligence artificielle sur le système de santé du futur : selon Credit Suisse, l’IA assistera les médecins – mais sans les remplacer – afin d’améliorer la sécurité et l’efficacité des parcours de soins dans de multiples domaines : imagerie médicale, aide au diagnostic et à la prise de décision clinique, collecte de données, santé comportementale et communication, etc. ;
  • la question de l’affectation des ressources dans les systèmes de santé, et du financement public vs. privé, alors que de nombreux systèmes nationaux sont menacés par l’explosion des coûts ;
  • le cas de la Chine, où les géants de la tech (Alibaba, Tencent, Ping An) transforment d’ores et déjà le système de santé du pays ;
  • les questions juridiques et politiques que soulève l’usage de l’intelligence artificielle dans le domaine médical : l’utilisation de l’IA en médecine impose de nouvelles réglementations afin de protéger les patients. La question de la responsabilité en cas de résultats non désirés nécessite notamment une réponse sur le plan juridique.