Plus de 1 000 marques mondiales, dont Swatch de Suisse, Swarovski d’Autriche, Shiseido du Japon et Tesla d’Amérique, se sont réunies lors de la première Exposition internationale des produits de consommation de Chine à Haikou, capitale de la province de Hainan, dans le sud de la Chine, en mai.

Grâce à un grand nombre d’expositions et de salons consacrés aux affaires, au commerce, aux inventions et à l’innovation, l’accès aux produits étrangers est désormais facile et pratique en Chine. Mais il y a plusieurs décennies, c’était une toute autre histoire.

Avant les années 1970, de nombreuses personnes avaient du mal à se remplir le ventre, et encore moins à se faire plaisir en faisant du shopping.

La politique de réforme et d’ouverture de la Chine a modifié le cours du développement du pays. Depuis le lancement de cette politique, la Chine a connue trois grandes vagues d’ouverture.

  • La première a commencé en 1978 et s’est poursuivie dans les années 1980 et 1990. La Chine a vu un afflux d’investissements directs étrangers pour la construction d’infrastructures et de projets industriels dans tout le pays.
  • La deuxième vague a commencé en 2001 avec l’adhésion de la Chine à l’OMC, qui a suscité une nouvelle vague d’investissements étrangers et une plus grande intégration dans l’économie mondiale.
  • Aujourd’hui, alors que la Chine entame un nouveau chapitre de son développement dans le cadre de son 14e plan quinquennal, la nation est à l’aube d’une nouvelle vague marquée par des initiatives proactives visant à approfondir encore l’intégration.

Il s’agit notamment du développement de nouvelles zones de libre-échange (ZLE) et du port de libre-échange de Hainan, de l’intégration de la grande région de la baie de Guangdong-Hong Kong-Macao et de nouveaux accords internationaux en matière de commerce et d’investissement tels que l’accord économique global régional (RCEP).

Cette approche politique a stimulé les réformes et élargi le marché, permettant une division du travail plus spécialisée. En outre, la concurrence intense stimulée par la libéralisation des échanges et la réduction des droits à l’importation a obligé les entreprises de Chine à être plus efficaces. Cela a également conduit à l’optimisation de l’allocation des ressources et à la mise à niveau industrielle.

Après plus de 40 ans de réforme et d’ouverture en Chine, les importations et les exportations totales de la Chine sont passées de 20,6 milliards de dollars à plus de 4,5 trillions de dollars, faisant du pays la première nation commerciale du monde.

Après avoir fait passer la Chine de l’époque de la pénurie à l’expérience de la frénésie d’achat d’aujourd’hui, la réforme et l’ouverture ne sont pas seulement la recette du succès de la Chine, mais sont sans doute devenues une force motrice indispensable pour un monde plus prospère.