Un général américain a accusé la Chine d’user de moyens diplomatiques, économiques et militaires pour accroitre son influence en Afrique, ce qu’a rejeté le porte-parole de la diplomatie chinoise.

LES AMÉRICAINS DÉNONCENT LA CHINE EN AFRIQUE

Le général du Commandement américain pour l’Afrique (US AFRICOM), Stephen J. Townsend, a assuré que « la Chine et la Russie utilisent leurs moyens diplomatiques, économiques et militaires pour accroître considérablement leurs investissements et leur influence en Afrique, en recourant au soft power et hard power, et aux investissements pour rechercher de nouveaux partenariats ».

Ce dernier a indiqué que l’environnement sécuritaire en Afrique est complexe, riche en opportunités et en défis, lors d’une conférence de presse le 26 juillet à Washington.

Interrogé sur les propos tenus par le général Stephen J. Townsend, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déploré l’obstination des « fonctionnaires américains » à maintenir « une mentalité de guerre froide et se livrent ardemment à la confrontation des camps ainsi qu’aux manipulations géopolitiques, par le biais de l’observation de tous les mouvements des autres pays ».

Selon lui, les politiques américaines à l’égard de l’Afrique « consistent à limiter l’influence des autres pays sur l’Afrique. Cet acte n’est en aucun cas constructive ».

Ce dernier a rappelé que « la Chine et l’Afrique entretiennent une amitié traditionnelle et résistent à l’épreuve des turbulences internationales. La coopération tous azimuts entre les deux parties se développe toujours à un niveau élevé, avec d’innombrables réalisations dans divers domaines tels que la politique, l’économie, la société et la sécurité ».

Lire aussi : FOCAC : Le président de l’UA salue les avancées enregistrées depuis 65 ans

Ce dernier a également souligné que « l’Afrique est une Afrique pour les Africains. L’Afrique a suffisamment de sagesse et de discernement pour choisir ses partenaires. Il incombe à la communauté internationale de soutenir le développement de l’Afrique. Nous invitons la communauté internationale, y compris les États-Unis, à accroître son attention et ses investissements en Afrique ».

LES JEUNES AFRICAINS PRÉFÈRENT LA CHINE AUX ÉTATS-UNIS

La compétition entre la Chine et les Etats-Unis n’est pas nouvelle, mais elle penche de plus en plus vers le partenaire chinois. La Chine a dépassé les États-Unis comme la puissance étrangère considérée comme ayant la plus grande influence positive en Afrique par les jeunes, selon une enquête publiée en juin 2022.

Une enquête menée par la Ichikowitz Family Foundation a révélé que 76% des 4 507 jeunes Africains dans 15 pays ont nommé la Chine comme une puissance étrangère avec une influence positive sur leur vie, contre 72% pour les États-Unis.

En 2020, lorsque la première étude a été menée auprès des 18 à 24 ans, 83% des répondants ont considéré l’influence des États-Unis comme positif tandis que le chiffre de la Chine était de 79%.

Les résultats montrent que la Chine remporte la bataille contre ses rivaux géopolitiques tels que les États-Unis et l’Union européenne auprès des jeunes africains. Pékin a investit dans les infrastructures africaines au cours des deux dernières décennies et fournit au continent des biens de consommation abordables allant des téléphones portables et des panneaux solaires aux pelles et aux plastiques.

« Nous voyons la Chine avoir grimpé en pole position, nous voyons une reconnaissance du fait que la Chine se livre en Afrique à un moment où très peu d’autres » l’ont fait, a déclaré Ivor Ichikowitz, président de la Fondation, dans une interview à Johannesburg.

« En Afrique, l’Amérique a joué un rôle très très limité, il a en fait joué un rôle embarrassant voire insignifiant en termes d’investissement réel, de commerce réel, de construction réelle des infrastructures ».

En plus de ses vastes ressources minérales et énergétiques, l’Afrique possède la population la plus jeune du monde et est considérée comme un important marché potentiel pour de très nombreux pays occidentaux et asiatiques, tels que l’Inde, le Japon, la Corée du sud et la Russie.

« Il ne fait aucun doute que la Chine est l’acteur dominant en Afrique aujourd’hui », a déclaré Ivor Ichikowitz. « Dans l’ensemble, nous constatons une approche beaucoup plus positive de la Chine, cela va conduire à beaucoup plus d’engagement avec la Chine. »