Un poids lourd chinois du soutien scolaire, New Oriental Education & Technology, a annoncé le licenciement de 60.000 personnes. Cette société est l’exemple même de l’impact des dégâts sur le secteur suite aux dernières mesures instaurées par Pékin.

En juillet 2021, après avoir recadré les géants technologiques, la Chine a durci le ton contre le lucratif secteur éducatif privé. Yu Minhong, le fondateur et président de New Oriental Education & Technology a révélé ce plan social dans une publication sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Les tarifs des cours particuliers désormais réglementés en Chine

Selon lui, sa société cotée à Hong Kong a perdu 90% de sa capitalisation boursière, au cours de l’année 2021. «En 2021, New Oriental a fait face à trop de changements, avec beaucoup d’incertitudes dans notre activité due aux règlementations, à la pandémie ou au contexte international» notamment, a écrit Yu Minhong sur son compte WeChat.

Selon de nouvelles directives du gouvernement, les entreprises de soutien scolaire devront dorénavant s’enregistrer en tant qu’associations à but non lucratif. Et elles ne pourront plus donner de cours le week-end, les jours fériés et pendant les vacances scolaires. Depuis cette décision, New Oriental Education & Technology a arrêté la plupart de ses cours aussi bien en ligne qu’en présentiel.

Dans une autre publication, Yu Minhong a ajouté qu’après ce plan social, sa société compte encore 50.000 employés et professeurs. En Chine, où l’enseignement est particulièrement compétitif et élitiste, l’industrie des cours de soutien et des préparations d’examens était florissante. Le secteur pesait en 2018 quelque 260 milliards de dollars (220 milliards d’euros), selon le cabinet d’étude L.E.K. Consulting.

Obsédés par la réussite de leurs enfants, les parents chinois ont pour habitude de dépenser des sommes énormes dans les activités de soutien scolaire, ce qui a permis à des géants de l’éducation de voir le jour.

Afin de relancer la natalité, la Chine autorise désormais les couples à avoir trois enfants. Pékin tente de réduire la charge scolaire et vaincre la réticence des parents, refroidis par les coûts relatifs à l’éducation.

« Pour rebondir, New Oriental a cherché à dynamiser ses investissements en direction des étudiants et des Chinois résidents à l’étranger. Il explore également d’autres secteurs comme la vente de produits agricoles », a indiqué Yu Minhong.