A Hong Kong, une clinique a été exclue du programme de vaccination du territoire pour avoir recommandé aux patients d’opter pour le vaccin Pfizer/BioNTech fabriqué en Allemagne plutôt que pour celui du chinois Sinovac.

Vaccin du laboratoire SinoVac

Cette annonce intervient après la publication sur les réseaux sociaux d’une photo de la clinique comparant les deux vaccins autorisés à Hong Kong. L’évènement est devenu viral.

«Conseil: ne choisissez pas Sinovac, choisissez BioNTech», était inscrit sur une feuille affichée, précisant qu’un des médecins de la clinique avait opté pour le second vaccin. Le Ta Kung Pao, un journal proche du Bureau de liaison, l’organe du pouvoir central à Hong Kong, a accusé le praticien de «calomnie» envers le vaccin de Sinovac.

Les autorités ont sanctionné la clinique. Mais cette situation montre à quel point la question du vaccin chinois est sensible pour les autorités hongkongaises. Le ministère de la santé de Hong Kong a annoncé que la clinique ne serait plus autorisée à administrer les vaccins contre le coronavirus. Elles ont expliqué qu’un de ses médecins a enfreint un accord passé avec le programme d’inoculation.

Un des reproches faits au CoronaVac, le vaccin de Sinovac, est que les données sur lesquelles se basent les résultats de ses tests n’ont pas été publiées, alors que la Chine le fournit dans le monde entier comme une alternative aux vaccins occidentaux.

Lire aussi : Le vaccin anti-Covid-19 de Sinovac présente une bonne efficacité dans les essais cliniques

Selon le laboratoire Sinovac, les tests à grande échelle au Brésil ont montré un taux d’efficacité globale d’environ 50%, et 80% contre les formes plus graves.

Lire aussi : Au Brésil, le vaccin chinois CoronaVac efficace à 50,38%

Hong Kong a lancé sa campagne de vaccination le mois dernier et à l’heure actuelle, les plus de 30 ans peuvent se faire vacciner. À ce stade, 403.000 personnes, soit 5% de la population de Hong Kong, ont reçu leur première dose.

Plus de 250.000 personnes ont choisi pour le vaccin de Sinovac, les autres recevant celui de Pfizer-BioNTech. Un récent sondage publié dans les médias à Hong Kong montrait que 37% de la population prévoyait de se faire vacciner.