L’activité manufacturière en Chine en novembre a été enregistré à son plus haut niveau depuis plus de trois ans, confirmant la reprise de l’activité dans l’ensemble de la Chine.

L’indice officiel des directeurs d’achats (PMI) pour le mois de novembre s’est établi à 52,1 points contre 51,4 le mois précédent, a annoncé ce 30 novembre le Bureau d’Etat des statistiques (BES).

Il s’agit de son meilleur score depuis septembre 2017. D’ailleurs, ce chiffre est bien supérieur aux estimations moyennes faites par des analystes sondés par l’agence Bloomberg, qui tablaient sur 51,5.

Un nombre supérieur à 50 témoigne d’une expansion de l’activité et, en deçà, il traduit une contraction.

En février, l’indice était tombé à 35,7 points au moment où le coronavirus mettait à l’arrêt en Chine la majeure partie des entreprises.

En novembre, « la vitalité du secteur manufacturier s’est encore renforcée et la reprise s’est considérablement accélérée » portée par les produits pharmaceutiques et les industries liées aux nouvelles technologies, a expliqué Zhao Qinghe, du BES. D’autant plus que l’activité a également été portée par les commandes à l’étranger.

Le sous-indice des exportations pour novembre était ainsi de nouveau positif, à 50,9, pour le troisième mois consécutif. Mais la reprise reste inégale et peine à se mettre en place dans divers secteurs notamment ceux du textile et de l’habillement, relève le BNS.

De son côté, l’indice officiel d’activité dans le secteur non-manufacturier s’est établi en novembre à 56,4 points, contre 56,2 en octobre. Les analystes de l’agence de presse économique Bloomberg tablaient sur 56.

L’activité a été portée notamment par les secteurs de la construction, du transport et des télécommunications, selon le BES. La Chine devrait être à la fin de l’année l’un des rares grands pays au monde à annoncer une croissance positive en 2020.

D’ailleurs, la Chine a enregistré une croissance de 4,9% sur un an au troisième trimestre. « Mais sur le front épidémique, l’apparition ces dernières semaines en Chine de nouveaux foyers –très localisés– de contamination au Covid-19 pourrait ralentir la reprise dans les services », a souligné l’analyste Ting Lu, de la banque d’affaires Nomura.