vendredi, juin 21

Une aide venue du ciel au Malawi

De notre partenaire Chinafrique.com – Jonathan Sitolo, un agriculteur du district de Chikwawa, au sud du Malawi, tremble encore lorsqu’il pense aux inondations de 2015. Pour échapper aux eaux montantes, il a dû se réfugier dans les branches d’un arbre, où il est resté accroupi pendant deux jours.

Sa maison a été complètement emportée par les inondations qui ont frappé sa région, et s’il n’avait pas réagi rapidement, il n’aurait sans doute pas la chance aujourd’hui de raconter son histoire.

« Le niveau de l’eau était si élevé que je n’ai pas eu d’autre choix que de grimper dans un arbre. Mais l’eau a continué à monter, et j’ai prié pour qu’elle ne m’emporte pas. Heureusement, je me trouvais en sécurité », raconte-t-il.

Ses chèvres et ses poulets n’ont pas eu sa chance et ont été emportés. Même la farine de maïs utilisée pour cuisiner le nsima, l’aliment de base du Malawi, a été détruite. Par chance, les autres membres de sa famille étaient absents lors de la catastrophe.

« Il n’y avait personne pour m’aider, car tous les appareils de communications comme les téléphones ont cessé de fonctionner. Donc, pendant quelques jours, j’ai survécu en mangeant des fruits sauvages. Je me fichais bien de savoir s’ils étaient vénéneux ou non, parce que je mourrais de faim », se souvient-il.

Jonathan n’a pas été le seul à être affecté par cette tragédie. De nombreuses personnes dans sa région ont été incapables d’obtenir de l’aide après la catastrophe. En effet, les responsables du conseil du district de Chikwawa ont déclaré qu’ils n’ont su que beaucoup plus tard que des inondations s’étaient produites.

« Il y a plusieurs zones dans le district qui sont difficiles à atteindre et à inspecter. Cela entraîne des retards dans la fourniture d’une aide d’urgence », explique un responsable du bureau de gestion des catastrophes local qui a demandé à rester anonyme.

Des régions sujettes aux catastrophes

Chikwawa et Nsanje, au sud du Malawi, sont des régions historiquement sujettes aux inondations. Chaque année, les populations locales sont victimes de la montée des eaux qui détruit les cultures, les maisons et le bétail. De plus, ces régions sont également des foyers de maladies transmises par l’eau.

Le district de Karonga, au nord du pays, est une autre zone souvent victime de catastrophes naturelles. Les inondations sont fréquentes et affectent la quantité de riz produite dans la région.

En 2009, le district a été frappé par un séisme dont la magnitude se situait entre 4,6 et 6,2, entraînant un nombre incalculable de morts et de blessés. Un certain nombre de bâtiments ont également été endommagés. Ici aussi, les secours n’ont pas pu atteindre à temps certains secteurs parce que des routes avaient été endommagées.

Pour résoudre cette situation critique, un certain nombre de pays et d’organisations, y compris la Croix-Rouge de Chine, sont venus en aide au pays. En fin de compte, le Malawi a désigné 15 zones comme des régions sujettes aux catastrophes naturelles.

Prendre de la hauteur

Pour faciliter l’accès à ces régions, le gouvernement chinois a offert au Malawi, le 8 novembre 2017, deux drones d’une valeur de 10 000 dollars chacun. Ceux-ci aideront à évaluer l’étendue des dégâts dans les zones difficiles d’accès affectées par les catastrophes naturelles.

Lors de la cérémonie de présentation des drones à Lilongwe, la capitale du Malawi, l’ambassadeur de Chine au Malawi, Wang Shiting, a déclaré que ces appareils sophistiqués seront capables de recueillir les informations nécessaires dans des zones hors d’atteinte pour les gens.

« Ces drones sont des appareils avancés de haute technologie, capables de voler sur plusieurs kilomètres pour recueillir des vidéos et des images qui pourront être utilisées à des fins de planification », a-t-il déclaré. Présent lors de la cérémonie, le vice-Président du Malawi, le Dr. Saulos Chilima, a souligné que ce don arrivait à un moment apportun. Dr. Chilima, qui est également à la tête de l’organisme responsable de la gestion des catastrophes, a déclaré que les drones aideront la Direction des affaires de gestion des catastrophes (DoDMA) à améliorer ses opérations en cas de catastrophe.

« L’arrivée des drones permettra à notre direction ainsi qu’à notre personnel de renforcer nos capacités afin de gérer et d’utiliser plus efficacement ces équipements au profit du pays », a ajouté le vice-Président. Il a précisé que des drones seront positionnés stratégiquement dans toutes les régions sujettes aux catastrophes afin que les autorités soient en mesure de réagir rapidement à n’importe quelle situation.

Le porte-parole de la DoDMA, M. Chipiliro Raymond Khamula, a déclaré que la dire­ction était déjà en lien avec le gouvernement chinois pour former ses employés afin qu’ils sachent comment gérer et opérer les drones.

« Ceux qui sont ainsi formés, à leur tour, formeront d’autres employés. Notre objectif est de disposer au moins d’un drone et d’un personnel qualifié dans les 15 régions sujettes aux catastrophes, afin de pouvoir atténuer les difficultés liées à l’évaluation des dégâts dans les secteurs touchés qui sont difficiles d’accès », a dit M. Khamula.

Apprenant cette nouvelle, Jonathan s’est réjoui de l’arrivée des drones et s’attend à une aide rapide dans le futur. « [Lors des prochaines inondations], j’espère que nous ne resterons pas pendant des jours sans recevoir de l’aide, et que la situation dans notre région sera évaluée sans avoir besoin de la présence physique des officiels », a-t-il dit.

Reportage du Malawi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *