La police a annoncé le démantèlement de 380 « banques clandestines » en 2016, dont le volume d’affaires totalisait 900 milliards de yuans (125 milliards d’euros), et plus de 800 personnes ont été arrêtées.

Beijing tente depuis quelques années de luter contre les opérations bancaires illégales, afin d’endiguer la fuite des capitaux du pays, de satisfaire les plaintes déposées par les clients floués, et surtout de s’assurer de la mise en oeuvre de sa réforme bancaire.

Le ministère de la Sécurité publique a précisé dans un communiqué que « plus de 800 personnes impliquées dans du blanchiment d’argent ont été arrêtées. Le phénomène de la banque clandestine est devenu généralisé, grâce à la finance sur Internet et aux nouveaux modes de paiement en ligne ».

En effet, en 2015, une campagne similaire de répression des banques clandestines avait débusqué 170 organismes illégaux, ayant traité pour 800 milliards de yuans (110 milliards d’euros). En janvier 2016, les médias faisaient état du procès de la plus grande affaire de banque clandestine du pays. Sur le banc des accusés, plusieurs membres d’un gang de la ville de Lanxi (Zhejiang).

Le leader du gang, Zhao, et son épouse, Zheng, sont accusés d’avoir employé 7 autres personnes dans des opérations illégales de transactions sur le marché des changes, en recourant à des sociétés fictives en Chine continentale et à Hong Kong.

Pour arriver à leurs fins, Zhao a versé des pots-de-vin à deux responsables bancaires de haut niveau au Zhejiang, selon les procureurs. « Plus de 9,6 milliards de dollars ont été impliqués dans cette affaire, soit le montant le plus considérable dans le cadre d’une série de petits cas qui composent la plus importante affaire bancaire clandestine de Chine, et dans laquelle des transactions totalisant 410 milliards de yuans (64 milliards de dollars) ont été engagées« , ont expliqué les procureurs du tribunal populaire de Lanxi.