Le gouvernement vient de diffuser une directive destinée à renforcer de manière globale la protection écologique et environnementale et remporter la bataille contre la pollution de l’air, de l’eau et des sols.

La bataille contre la pollution traîne malgré les avancées

Cette nouvelle directive a spécifié les objectifs de prévention et de contrôle de la pollution que le pays souhaite atteindre d’ici 2020 et au-delà. Pour cela, il s’agira de développer et d’appliquer un plan de trois ans pour lutter contre la pollution de l’air, en se concentrant davantage sur les régions telles que la région Beijing-Tianjin-Hebei et ses alentours, ainsi que le delta du fleuve Yangtsé.

«Des efforts seront faits pour améliorer les structures de l’industrie, de l’énergie, de transport et de l’utilisation des terres de ces régions», ont indiqué le Comité central du PCC et du Conseil des affaires d’état.

D’ici 2020, les villes avec une faible qualité de l’air doivent baisser d’au moins de 18% la densité des PM 2,5 par rapport aux niveaux de 2015. A contrario, les villes de niveau préfectoral et supérieur doivent voir le nombre de jours avec une bonne qualité de l’air atteindre 80% sur un an.

Les autorités ont fixé une baisse de 15% au minimum par rapport aux niveaux de 2015 des émissions de dioxyde de soufre et d’oxyde d’azote doivent. Selon le plan, la demande d’oxygène chimique et les émissions de nitrogène d’ammoniac doivent également diminuer de plus de 10%.

Concernant l’amélioration de la qualité de l’eau, les autorités mettront en application le plan d’action sur la lutte contre la pollution de l’eau, ainsi que les systèmes de chefs de rivières et de lacs. Le document de 2013 pose l’objectif de rendre 70% de son eau de surface potable d’ici 2020, alors que la proportion de l’eau de surface polluée doit être maintenue à moins de 5%. De plus, environ 70% de l’eau de la zone offshore du pays devront être de bonne qualité.

Concernant la pollution des sols, les gouvernements provinciaux devront contrôler la pollution des sols et restaurer les sols pollués, ainsi que promouvoir le tri des déchets et renforcer la prévention et le contrôle de la pollution des déchets solides. D’ici 2020, environ 90% des terres cultivables polluées pourront être utilisées avec sûreté.