« La Chine continue d’être un partenaire très important de l’Amérique latine, en dépit d’un ralentissement de sa croissance« , a indiqué ce vendredi 29 juillet Alicia Barcena, secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) des Nations Unies.

D’ailleurs septembre 2015, la Banque Populaire a annoncé la création d’un fonds d’investissement de 10 milliards de dollars (8,9 milliards d’euros) à l’intention des pays latino-américains. L’argent provenant des réserves de devises sera investi dans des domaines tels que l’industrie, la haute technologie, l’agriculture, l’énergie et les infrastructures.

Lors de la présentation d’un nouveau rapport de la CEPALC, L’Etude économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes 2016, Alicia Barcena a indiqué que l’organe onusien estimait que la coopération entre la Chine et l’Amérique latine dans différents secteurs économiques, tels que l’agriculture, pourrait renforcer leurs relations globales.

D’autant plus que la Chine est devenue « un partenaire financier important pour certains pays de la région, dont le Venezuela et l’Equateur« , a signalé cet dernière. Selon Coface, gestionnaires d’assurance crédit, la Chine envisage d’ici 2025 « d’accroître son stock d’investissements en Amérique latine à 250 milliards de dollars et ses échanges commerciaux annuels à 500 milliards de dollars« , d’après cette société.

La Chine, qui est en train de jouer un rôle de plus en plus important dans les affaires internationales, a montré son envie de coopérer avec l’Amérique latine, a ajouté Alicia Barcena. En effet, l’Empire du milieu est la 2nde source des importations de l’Amérique latine et la 3ème destination de ses exportations, après les États-Unis et l’Union européenne.

« Nous avons constaté des progrès dans la mise en application du fonds de coopération que le gouvernement chinois a annoncé (pour la région)… et la Chine a également coopéré avec l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans des programmes en Amérique latine« , a souligné la secrétaire exécutive de la CEPALC des Nations Unies.

CEtte dernière a indiqué que la CEPALC allait se rendre en Chine cette année, pour identifier de potentielles actions économiques conjointes. « Nous espérons également dialoguer avec le gouvernement chinois afin de faire progresser la cause environnementale (…) avant la prochaine Assemblée générale de l’ONU, pendant laquelle l’Accord de Paris sur le changement climatique sera ratifié« , a ajouté la secrétaire.

90% de l’ensemble des investissements chinois en Amérique latine sont axés sur l’industrie primaire ainsi que sur les projets d’infrastructures et de logistique, raison pour laquelle, « il est important que l’Amérique latine et la Chine diversifient leurs liens économique au-delà du commerce de matières premières », a indiqué Alicia Barcena, ajoutant que « la Chine pourrait jouer un rôle significatif dans la modernisation industrielle et l’accroissement de la productivité de la région ».