La transition économique du pays commence à porter ses fruits, la consommation intérieure a enregistré sa plus forte hausse de 2016. Cependant, des difficultés persistent, notamment la hausse du crédit et la possibilité d’une bulle immobilière.

Ainsi, les ventes de détail ont grimpé de 10,8% sur un an le mois dernier, en redressement par rapport à octobre (+10%) et septembre (+10,7%), a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

Ce chiffre s’explique d’une part, par la fièvre consumériste du 11 novembre, « Journée des célibataires », durant laquelle plusieurs opérations de soldes en ligne sont organisées. Cette année d’ailleurs, le volume des ventes enregistré par les seules plateformes du géant de l’internet, Alibaba, ont atteint 120,7 milliards de yuans (16,3 milliards d’euros) en 24 heures.

D’autre part, la production industrielle a progressé de 6,2% sur un an en novembre. Laissant penser que « l’économie a connu un développement sain et régulier en novembre », a indiqué le BES. D’autant que « l’industrie se tient bien et les consommateurs chinois continuent à flamber, y compris pour des grosses dépenses comme les voitures », a expliqué à Bloomberg, Frederic Neumann, de la banque HSBC à Hong Kong.

Pour Julian Evans-Pritchard, de Capital Economics, « les statistiques du jour laissent à penser que la reprise économique chinoise reste intacte à l’approche de 2017 ». En raison des indicateurs positifs enregistrés la semaine dernière : hausse des importations (+6,7%) ; rebond des prix à la production (+3,3%) ; et stabilité des exportations (0,1% sur un an en novembre).

« A moyen terme, on peut estimer que la Chine reste un facteur de stabilisation pour l’économie mondiale », a indiqué l’économiste Jian Chang, de la banque Barclays, interrogé sur Bloomberg TV. D’autant que l’investissement en capital fixe a lui progressé de 8,3% sur les 11 premiers mois de l’année.