samedi, mai 18

Clonage : un singe cloné avec des cellules non reproductrices

« La Chine est devenue le premier pays à cloner un singe en utilisant des cellules non reproductrices, ce qui pourrait diminuer le besoin d’élever des singes de laboratoire et ouvrir la voie à des tests sur animaux plus précis, plus efficaces et moins chers pour les nouveaux médicaments« , ont déclaré des scientifiques.

En décembre 2017, l’Institut des neurosciences de l’Académie des Sciences a créé deux macaques clonés appelés « Zhong Zhong » et « Hua Hua » via la technique de transfert nucléaire de cellules somatiques, c’est-à-dire des cellules de l’organisme autres que celles). Cette technique a été utilisée en 1996 pour la brebis clonée Dolly.

Tetra, un macaque rhésus né en 1999, est le premier singe cloné au monde, mais il a été créé en utilisant une méthode plus simple de séparation de cellules embryonnaires, ne pouvant générer que quatre progénitures clonées à la fois et ne permettant pas de modification génétique pour s’adapter aux besoins expérimentaux, a expliqué Pu Muming, académicien et directeur de l’Institut des neurosciences à l’Académie chinoise des sciences.

« Le clonage d’un singe à l’aide de cellules somatiques a été un défi de classe mondiale, car c’est un primate qui partage sa composition génétique, et donc toute sa complexité, avec les humains« , a-t-il déclaré.

Pu Muming a indiqué que « pour les tests de médicaments et autres tests de laboratoire, les scientifiques doivent acheter des singes du monde entier, ce qui est coûteux, mauvais pour l’environnement, et produit des résultats imprécis parce que chaque singe pourrait avoir des gènes différents« .

« En clonant des singes via l’utilisation des cellules somatiques, nous pouvons cultiver massivement un grand nombre de descendants génétiquement identiques en peu de temps, et nous pouvons même modifier leurs gènes pour répondre à nos besoins« , a-t-il ajouté.

D’ailleurs, la ressemblance génétique entre les singes et les humains est particulièrement utile lors des tests de médicaments pour les maladies neurales, comme la maladie de Parkinson, les tumeurs, les maladies métaboliques ou celles affectant le système immunitaire, a-t-il ajouté.

« Ce succès aidera la Chine à prendre la tête de la recherche mondiale dans le cadre de projets scientifiques internationaux liés à la cartographie neuronale des cerveaux de primates« , a affirmé Sun Qiang, directeur du complexe de recherche sur les primates non-humains à l’institut.

Cependant, la conseillère en politique scientifique de PETA Royaume-Uni, le Dr. Julia Baines, a expliqué à Chine-Magazine.Com que « les scientifiques qui testent sur les animaux reçoivent régulièrement des fonds pour exécuter des expériences monstrueuses sur des êtres sensibles, et le clonage de singes est le dernier exemple de science barbare et macabre que PETA condamne ».

« Le clonage d’animaux est une pratique atroce : il s’agit d’un gâchis inouï de vies, de temps et d’argent, et la souffrance qu’entraînent ces expériences est inimaginable. Le processus de clonage échoue 90 % du temps, ainsi, ces deux singes représentent une souffrance et un massacre à grande échelle. Cette expérience, ainsi que toute expérimentation animale, doit cesser immédiatement », a assuré cette dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *