Les félicitations de la Chine à Joe Biden et Kamala Harris «témoignent du respect au peuple et à la loi américains», selon les analystes chinois interrogés par le China Internet Information Center.

Wang Wenbin, porte parole de la diplomatie chinoise

Le message de félicitation « montre le plus grand respect de la Chine envers les lois, les règles électorales, tous les partis et les électeurs américains ».

Toutefois, ces derniers expliquent que les félicitations des plus hauts dirigeants nationaux chinois seront envoyées une fois les résultats officiels publiés.

Selon Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, la Chine suit la réaction nationale et internationale à l’élection présidentielle américaine et respecte le choix des Américains.

«Nous félicitons M. Biden et Mme Harris, et nous comprenons également que le résultat des élections américaines sera décidé conformément aux lois et procédures américaines», a-t-il déclaré lors de la conférence de presse du 13 novembre.

Lire aussiLa Chine félicite Joe Biden et Kamala Harris pour l’élection américaine

Ces remarques ont attiré l’attention des médias occidentaux, et notamment américains, le quotidien The Washington Post a ainsi écrit «La Chine félicite enfin Joe Biden et Kamala Harris pour leur victoire électorale».

Cependant, les experts chinois ont souligné que les félicitations n’émanent pas de la part du président Xi Jinping et des plus haus dirigeants de Chine. Pour Li Haidong, professeur à l’Institut des relations internationales de l’Université des affaires étrangères de Chine, «en appelant Joe Biden ‘M.’ plutôt que ‘président élu’, les remarques ont montré que la Chine était toujours prudente».

Ce dernier a explique au Global Times, que «d’une part, la Chine a certes reconnu que Joe Biden et Kamala Harris ont pris un net avantage lors des élections, mais d’autre part, la Chine a également montré du respect envers le président Trump et ses électeurs, qui contestent toujours le résultat avec des poursuites et d’autres mesures».

Certains médias comparent l’élection américaine de 2016 et cette de 2020. En effet, les félicitations des présidents chinois sont généralement envoyées une fois qu’un candidat avait concédé sa défaite. Mais cette année, Donald Trump refuse toujours d’accepter le résultat.

Ainsi, le 9 novembre 2016, le président chinois Xi Jinping avait félicité Donald Trump en tant que président élu, le soir même où celui-ci avait déclaré sa victoire et que la candidate démocrate Hillary Clinton avait prononcé un discours de défaite.

Tant que Donald Trump n’accepte pas les résultats ou les votes du collège électoral en décembre, ou l’annonce du Congrès en janvier dans le cas où des différends subsisteraient, le président Xi Jinping ne présentera probablement pas de félicitations formelles au président élu, selon Lü Xiang, chercheur en études américaines à l’Académie chinoise des sciences sociales de Beijing.

«C’est pourquoi Wang Wenbin a dû souligner que la Chine» comprend que le résultat des élections américaines sera décidé conformément aux lois et procédures américaines «après avoir félicité Joe Biden et Kamala Harris», a expliqué Lü Xiang.

Donald Trump, président sortant américain

Le message de félicitation de Wang Wenbin est arrivé après celui de plusieurs dirigeants mondiaux et représentants d’organisations internationales, dont le secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

Pour Li Haidong, « la Chine, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, respecte les vues du Secrétaire général des Nations Unies et des Nations Unies ».

D’autant que «le secrétaire d’État américain Mike Pompeo continue de provoquer la Chine, mais la Chine gère avec prudence ses relations avec la prochaine administration, nous espérons donc que Donald Trump pourra comprendre la sincérité de la Chine et ne pas créer de nouveaux problèmes pour les relations sino-américaines», a précisé e professeur Li Haidong.

D’ailleurs, les félicitations de la Chine à Joe Biden sont venues après la déclaration de Mike Pompeo niant queTaïwan fait partie intégrante de la Chine.

Selon Xin Qiang, directeur adjoint du Centre pour les études américaines de l’Université Fudan, les messages du ministère chinois des Affaires étrangères « peuvent laisser entendre que la Chine veut également envoyer un signal à Joe Biden selon lequel les relations bilatérales ne devraient pas être endommagées par des individus irresponsables comme Mike Pompeo ».

Tous les experts s’accordent à dire que « plus l’administration Trump se livrerait à des provocations, plus les liens et les reconnaissances de la Chine seraient étendus à l’équipe de Joe Biden, car cela pourrait minimiser les dommages que l’administration Trump apporterait aux relations sino-américaines, et aussi écarter les remarques folles faites par des responsables comme Mike Pompeo à partir de la position officielle des États-Unis ».