L’autorité chinoise de la cybersécurité a infligé ce 21 juillet 2022 une amende de 8,026 milliards de yuans (1,17 milliard d’euros) à Didi Global.

Cette décision met fin à une enquête administrative d’une année et permettra à l’entreprise d’obtenir une deuxième cotation à Hong Kong, et à l’application d’être restaurée dans certains appstores locaux.

Didi a été visé par les autorités chinoises après avoir poursuivi son introduction à la Bourse à New York, alors que les autorités de régulation chinoises lui avaient demandé de la suspendre le temps de procéder à un examen de la sécurité de ses pratiques en matière de données.

Suivez l’affaire Didi en cliquant sur l’image

Suivez l’affaire Didi en cliquant sur l’image

L’administration chinoise du cyberespace a indiqué que la société a été sanctionné pour violation de la sécurité des données, citant la « nature flagrante et les violations graves » des infractions.

L’enquête a révélé que Didi avait enfreint la loi chinoise sur la sécurité des réseaux, la loi sur la sécurité des données et la loi sur la protection des informations personnelles, ce qui affecte gravement la sécurité nationale, selon le communiqué de l’administration.

« Les actes illégaux de Didi ont commencé en juin 2015 et ont duré sept ans. Il a également été constaté qu’il se cachait délibérément de l’examen réglementaire, entre autres infractions et violations », a déclaré l’administration.

Il a trouvé des activités illégales dans huit domaines principaux, notamment la collecte des captures d’écran des téléphones des clients, l’accès excessif aux presse-papiers et aux listes d’applications des smartphones des utilisateurs, la collecte des informations d’identification et des antécédents scolaires des conducteurs, l’analyse des transports des passagers et des intentions de conduite, l’emplacement résidentiel et l’extérieur de la ville. informations sur les trajets et accès à des informations téléphoniques inutiles lors de trajets en auto-attelage.

Il a également accédé à une quantité extrêmement importante de données personnelles avec 64,7 milliards d’informations, y compris des données sensibles telles que des informations de reconnaissance faciale, des emplacements précis et des numéros de carte d’identité.

« Les sanctions étaient basées sur la nature des violations, la durée et les dommages qu’elles ont causés », a indiqué l’administration.

Les entreprises de données et les fournisseurs de services Internet ont été invités à assurer la protection des données personnelles alors que les agences gouvernementales cherchent à promouvoir le développement innovant et sain du secteur.

Pour une fois, elle a ajouté que le directeur général de Didi, Cheng Wei, et son président Jean Liu étaient responsables des infractions relevées par l’administration. Cette dernière leur a aussi imposé des pénalités de 1 million de yuans chacun.

Dans une déclaration publiée sur son compte Weibo, Didi a indiqué accepter « la décision de sanction et les exigences des lois et règlements pertinents et procédera à un auto-examen complet et approfondi ».

D’ailleurs dans sa déclaration, l’administration n’a pas précisé si elle allait autoriser le retour des applications exploitées par Didi. En effet, elle avait ordonné le retrait des boutiques d’applications pour smartphones, ou permettre l’enregistrement de nouveaux utilisateurs.

Lire aussi : La Chine retire Didi des magasins d’applications

Didi a précédemment déclaré qu’il lui faudrait faire une demande pour redéployer ses applications. Trois sources ont déclaré à l’agence de presse Reuters que Didi avait mis à jour les applications pour qu’elles soient conformes aux règles une fois une relance autorisée.