La production industrielle et les ventes de détail ont affiché des hausses record en Chine sur une année, lors des deux premiers mois de l’année 2021. Ces hausses s’expliquent avant tout par la paralysie de l’économie chinoise début 2020 en raison de l’épidémie de Covid-19.

La production industrielle de la Chine a progressé de 35,1% sur les deux premiers mois de l’année 2021 comparé à janvier/février 2020. Alors que les ventes de détail, principal indicateur de la consommation en Chine, ont augmenté de 33,8%, selon les chiffres publiés par le Bureau national des statistiques.

Ces hausses sont les plus fortes depuis des décennies pour la Chine, seconde économie mondiale. L’apparition du Covid-19 fin 2019 en Chine avait entraîné le 23 janvier 2020 la mise en quarantaine de la métropole de Wuhan, puis la paralysie d’une grande part de l’économie chinoise.

La production des usines en Chine avait de fait reculé de 13,5% en janvier-février 2020 sur un an. L’activité avait ensuite redémarré dès le printemps 2020 et la Chine a affiché sur l’ensemble de l’année 2020 l’une des seules croissances du produit intérieur brut (PIB) des grandes économies mondiales (2,3%).

Le Bureau des statistiques a reconnu que les hausses annoncées sont liées à « la faible base de comparaison » de 2020. Des experts expliquent que si l’on ne tient pas compte des distorsions de 2020es statistiques révèlent « une croissance stable » des indicateurs.

D’un mois à l’autre, la progression de la production industrielle en Chine est minime en janvier par rapport à décembre : +0,66%. Les ventes de détail ont même affiché un recul de 1,4%.

Cependant, ces résultats sont supérieurs aux attentes des analystes, qui misaient sur une progression de 32,2% seulement pour la production industrielle et de 32% pour les ventes de détail, selon le consensus de l’agence financière Bloomberg.

L’investissement en Chine a progressé pour sa part de 35% sur un an, soit moins que la prédiction Bloomberg (+40%).

Donnée inquiétante pour la Chine, le taux officiel de chômage qui s’est inscrit à 5,5% de la population active urbaine en février contre 5,2% en décembre.

A noter que le chômage des ruraux n’entre pas dans les statistiques en Chine, alors que bon nombre de migrants, retournés dans leur village pour les fêtes, n’ont pas reprit leur poste.

« Le marché de l’emploi demeure sous pression », a indiqué le Premier ministre Li Keqiang, qui a promis de faire cette année de la lutte contre le chômage « une priorité ».