La police des enquêtes spécialisées a arrêté huit personnes, dont deux couples, à Ambohibary Moramanga, lors d’un mariage entre des migrantes malgaches et des chinois. Ils ont été emmené à Antananarivo pour y être interrogé pour traite humaine.

Deux chinois et trois femmes malgaches sont restés en garde à vue, car la police pense qu’ils sont les cerveaux de ce trafic, qui rapporte beaucoup.
Une femme coûte environ 84 millions d’ariary (20 100 €), pour faciliter les démarches, ils se marient civilement avec les femmes. Chaque recruteuse perçoit 500 00 ariary par fille et la fiancée touche 2 millions d’ariary.

« Lorsque tout est prêt, elles organisent la rencontre entre les filles et les chinois venus exprès à Madagascar. La principale actrice de ces activités criminelles est activement recherchée par la SES depuis deux ans pour la même raison« , a expliqué le service communication du ministère de la sécurité publique.

D’ailleurs, « les prospects chinois viennent se marier avec elles à Madagascar en corrompant des agents de la commune afin de couronner leur mariage. Toute cette étape dans le but d’amener les migrantes à l’étranger qui leur serviront ensuite d’esclaves, parfois sexuelles« , a indiqué le service.